Partagez | 
 

 intrigue #5 : le siège de l'ONU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

avatar

Gregory Farell


Messages : 36
Inscrit le : 23/09/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Sam 15 Déc - 10:40

Apparemment, je n'étais pas le seul à pouvoir parler à des terroristes comme si de rien n'était. Par contre, tandis que pour moi cette réaction est plutôt nerveuse, l'homme qui avait pris la parole semblait chercher à provoquer notre geôlière. C'est vrai qu'après tout, s'il n'y a pas de cadavres, une prise d'otage n'en est pas vraiment une.
Quoi qu'il en soit, je commençais sérieusement à regretter d'avoir voulu un peu d'action. Maintenant, tout allait très vite. Trop vite. Alors qu'une des armoires à glace sortait son arme, leur chef tira sur quelqu'un. Sur le moment, je ne savais pas à qui cette balle était destinée. J'avais fermé les yeux, persuadé que j'allais être la cible. Mais, heureusement pour moi, aucun morceau de ferraille ne s'était enfoncé où que ce soit dans mon corps. On ne pouvait pas en dire autant pour l'homme qui avait provoqué la terroriste.

Après ce fâcheux incident, notre petit groupe a été placé dans une salle à part. Sur le chemin, j'ai pu voir les bombes qui étaient sur les portes. C'était évident qu'il s'agissait d'engins explosifs. Vu la situation, il ne pouvait pas en être autrement.
Une fois la porte de notre nouvelle cellule fermée, la femme qui avait servie de moyen de pression semblait s'être enfermée dans ses pensées. L'homme qui s'était fait tiré dessus était par terre et je n'arrivais pas à déterminé ce que je devais penser au sujet du militaire qui était coincé avec nous. Honnêtement, je ne savais plus trop quoi faire. J'ai regardé tout le monde à tour de rôle, puis ai demandé :

" A tout hasard, l'un de vous ne saurait pas soigner une blessure par balle ? "

Mon regard s'est ensuite posé sur la femme. Elle était sans doute en colère étant donné qu'à cause de nous elle aurait pu se faire tuer. Je ne savais pas comment m'y prendre, mais on ne devait surtout pas rester les bras croisés sans rien faire, et encore moins en étant divisé. Je suis allé me mettre devant elle, et je me suis excusé :

" Hum... Je ne suis pas vraiment doué pour ça mais... si vous pensez que c'est entre autres de ma faute si vous avez faillit vous faire tuer... je voulais que vous sachiez que je suis désolé. Voilà. "

Je commençais à me retourner pour observer notre nouvelle salle plus en détail et oublier ce moment qui était le genre de conversation que je détestais, mais j'ai fait machine arrière et, tendant une main à la femme, j'ai ajouté :

" Au fait, je m'appelle Gregory. Enchanté. "
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Antony Williams


Messages : 49
Inscrit le : 24/08/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Dim 16 Déc - 16:37

Alors qu'il regardait attentivement la terroriste devant lui, celle-ci dégaina son flingue en moins de temps qu'il lui fallut pour éternuer et tira dans sa cuisse. Si Antony aimait une vie risquée, avec un caractère quelque peu douteux, il n'était masochiste. Il sentit la balle entrer dans sa cuisse de façon fort violente et cet impact le fit perdre tout appui et tout équilibre. Alors qu'il était encore à terre, la propriétaire de la balle qui se trouvait dans sa cuisse lui fit des menaces s'il osait encore l'ouvrir, ce qu'il se retint de faire, pour le moment du moins.
Il n'eut pas vraiment besoin de se forcer à sortir, les deux chiens de garde s'occupèrent de lui et le transportèrent, ou plutôt le trainèrent dans une autre pièce où ils le jetèrent comme un vulgaire chiffon. Ce trajet arracha quelques grimaces à notre profiler.
Une fois par terre dans la nouvelle pièce, Antony se traîna jusqu'à un mur afin de s'y appuyer. Là, il défit sa cravate et l'enroula autour de sa jambe blessée, sur le trou provoqué par la balle. Il voulait minimiser la perte de sang au maximum, ne sachant pas combien de temps ils resteraient en ces lieux, cela aurait était une mort stupide que de finir sa vie suite à une fuite de sang, surtout pour ce Monsieur Williams. Et comme cet homme était têtu, il voulait vivre l'aventure au maximum, enfin, avec une certaine limite, la mort ne faisait pas vraiment parti de ces plans.
Alors qu'il lâchait encore une grimace, un de ses collègues de travail et d'ancienne salle de captivité prit la parole pour demander si quelqu'un ne savait pas soigner une blessure par balle. Il semblait que la réponse soit négative. Dans la pièce ne résidait guerre de médecins. Quand le blessé releva la tête, il remarqua que l'homme qui semblait s'intéresser à lui, semblait aussi s'intéresser à la faillit victime dont Antony n'avait rien à faire. En réalité il se moquait d'elle et se contrefichait de si elle allait bien ou non. Alors que celui-ci se présentait à celle-là, l'égocentrique reprit la parole.

- Elle est pas sûre d'elle la petite terroriste bien que les apparences soient trompeuses. Sinon elle aurait flinguer l'un de nous deux, dit-il en montrant le jeune femme qui devait être en colère vis à vis de lui.

Alors qu'il voulut reprendre la parole, la porte se rouvrit et les deux gorilles réapparurent. L'homme se tue alors. La partie était commencée et loin d'être terminée pour lui. Il avait joué sa première carte, les terroristes avaient répondu, c'était à son tour.
Avait-il rejoint le camp des bons en essayant des les aider, ou bien manigançait-il toute autre chose ? Nul ne pouvait le savoir, la conscience de cet homme était que trop difficile à décerner.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Stas M. Sokolov


Messages : 2139
Inscrit le : 22/02/2011




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Dim 20 Jan - 21:16

Stas laissait Elena discuter, sachant qu'elle était plus compétente qu'elle pour ce genre de travaux. Lui était doué pour observer et apprendre. Ce qu'il voyait d'ailleurs lui paraissait assez instructif, notamment sur la personnalité de ce Tyler. Il était plus que fou et dangereux, c'était certain, il y avait quelque chose de brillant en lui. Stas n'avait jamais croisé quelqu'un comme lui. Même les criminels qui avaient croisé son chemin ne lui avaient jamais paru aussi mauvais. Il y avait quelque chose de fascinant en lui, Stas était certain que, si on lui laissait le temps, il pourrait découvrir un véritable cas. Vu qu'on refusait de le faire... Puis Elena lui donna une liste d'instruction. Cela correspondait parfaitement à leurs attributions respectives, aussi Stas ne voyait pas de quoi répliquer.
    « Ça marche. Je te transmettrai ce que je trouverai. »
Stas savait qu'il aurait du mal à faire parler Tyler, il aurait donc beaucoup à deviner. Mais il craignait toutefois que ce ne fût pas aussi simple. Il avait affaire à un cas complexe qui dépassait peut-être ses compétences. Mais des vies étaient en jeu, et même s'il ne devait pas en faire sa priorité, il espérait de tout cœur que cela se terminerait le mieux possible. Il savait toutefois qu'il y aurait des morts. Il se tourna alors vers Lea Dugard qui venait d'arriver :
    « Si vous pouviez m'en fournir un, même sommaire, cela pourrait m'être utile, demanda-t-il d'un ton poli. J'aurai besoin d'en savoir un maximum si je veux être efficace. »
Le directeur vint alors annoncer qu'il pourrait couper l'électricité dans le bâtiment. Stas trouvait cela risqué, mais si cela valait le coup... En tout cas, ce n'était pas à lui de donner le signal. Mais il avait son rôle à jour dans cette histoire.
    « Auriez-vous un moyen de communication qui puisse résister à cette coupure ? Il faut que j'entre en contact avec l'intérieur. »
La demande pouvait paraître un peu étrange, mais Stas s'était exprimé de façon concise. Il lui arrivait encore de parler trop, mais ce n'était visiblement pas le cas aujourd'hui. Même lui savait faire la part des choses.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Elena Sadovski


Messages : 685
Inscrit le : 16/10/2011




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Mar 22 Jan - 1:58

L’agent Matthew n’était toujours pas revenu et je regardais Stas, espérant que les choses commencent à bouger. Je n’avais pas envie de rester encore bien longtemps à l’extérieur. Il fallait entrer le plus tôt possible et s’en prendre à Archer. Alors que j’allais commencer à m’impatienter, mon téléphone sonna dans ma poche. Je le sortis, me demandant qui pouvait bien me déranger. Lorsque j’aperçu le nom sur l’afficheur, je décrochai. Ainsi, mon patron avait de l’information pour moi. Nous avions une Russe à l’intérieur, qui avait infiltré le groupe d’Archer. Parfait, c’était une carte de plus dans ma manche. Il fallait toutefois s’en servir avec prudence. Je n’avais pas envie de causer la mort d’une agent en révélant son identité. Si Archer ou n’importe lequel de ses hommes apprenaient qu’ils étaient infiltrés, cela n’allait certainement pas bien se terminer. Je raccrochai alors que le patron du FBI revenait. Il voulait fermer le courant à l’intérieur du bâtiment. Je n’étais pas certaine que cela soit la meilleure solution, mais il faudrait faire avec .J’espérais simplement qu’Archer n’avait pas pensé à apporter une génératrice…
Je me tournai vers Stas, qui amenait un très bon point. S’ils coupaient toute source d’électricité, nous perdions nos contacts avec les anarchistes. Peut-être pouvaient-ils le couper le temps que je m’infiltre à l’intérieur ? Ensuite Archer pourrait reprendre le contrôle de ses caméras… Mais pour cela, il ne fallait pas entrer avec un bataillon. Nous avions une agent d’infiltré, alors pourquoi ne pas aller la rejoindre ? Peut-être qu’à deux, nous pourrions nous attaquer à Archer ? Il y avait plus de chance que cela réussisse que si j’étais seule. Je regardai Lea Dugard devant moi. Alors que j’avais une paire de jeans, des bottes et une veste de cuir, celle-ci portait une jupe, des talons et un tailleur. Si j’échangeais mes vêtements avec elle et que je me faisais passer pour une traductrice russe qui était à la salle de bain lors de la prise d’otage ? Avec la " panne de courant " il serait crédible que quelqu’un veuille s’enfuir et s’est en voulant " m’enfuir " que les hommes d’Archer pourraient m’amener avec le reste des otages. Ainsi, je serais à l’intérieur. Il me faudrait toutefois un moyen de communication assez discret avec l’extérieur. À moins que quelqu’un propose une meilleure idée, je n’avais pas d’autre plan. Je décidai donc de l’exposer à ceux autour de moi. « Coupez le courant pendant 5 minutes. Cela me donnera le temps d’entrer à l’intérieur sans me faire remarquer. Mme Dugard, si vous voulez bien, j’emprunterais vos vêtements. Je vais me faire passer pour une traductrice qui s’est perdue en chemin et me mêlé aux otages. Nous avons un agent à l’intérieur, je vais essayer d’entrer en contact avec elle. » Je jetai un coup d’œil vers la tour de verre, où le feu ravageait toujours, puis reportai mon attention vers les gens autour de moi. « Auriez-vous une caméra ou un micro assez discret qu’Archer ni ses hommes ne pourraient détecter ? » demandais-je au patron du FBI, qui se trouvait toujours avec nous. Si j’allais entrer, je voulais toutefois avec un moyen de communication avec l’extérieur, du moins leur fournir un petit aperçu de ce qui se trouvait à l’intérieur. « Et une fois que je serai à l’intérieur, repartez le courant. L’agent Sokolov pourra entrer en contact avec le terroriste et le faire parler. »
Cela allait-il fonctionner ? Je n’en avais pas la moindre idée, mais je n’en avais pas de meilleure…
Alors que j'allais me mettre à l'action, mon téléphone sonna une seconde fois. Cette fois-ci, ce n'était pas un appel que je reçevais, mais plutôt des données. Un paquet d'info sur l'agent infiltré. Lorsque j'aperçu la photo de Lena, mon coeur manqua une battement. Finalement, la rejoindre serait probablement mieux que je le pensais.

_________________
elena

étonnant comme parfois on prend des résolutions , on dit que tout sera ainsi dorénavant, et il suffit d'un mouvement infime des lèvres pour casser l'assurance d'une certitude qui paraissait éternelle © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas

avatar

L'Ombre


Messages : 71
Inscrit le : 29/06/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Mer 30 Jan - 20:40

À l'intérieur de l'édifice de l'assemblée de l'ONU, la situation devenait plus tendue entre les otages et les terroristes. Certains se faisaient défiants. Il n'était pas étonnant alors que le chef des terroristes jugent bons d'en envoyer une partie dans une nouvelle pièce, mais le transfert semblait connaître quelques difficultés, alors il juge bon d'envoyer d'autres gars en renfort, histoire qu'ils se grouillent. Sauf que Lena, l'agent double, arrive à s'occuper des otages, malgré la défiance dont fait preuve certains. Il faut dire que dégainer son arme et tirer, ça aide à convaincre les sceptiques. C'est ainsi qu'avec l'aide d'une poignée d'hommes, elle arrive finalement à reconduire les otages soupçonnés d'être des agents ou des gardes de sécurité dans une autre pièce. Les renforts quant à eux arrivent trop tard, Lena avait déjà réglé la situation. Les otages quant à elle paraissaient résignés à subir leur sort dans cette nouvelle pièce. Gregory tentait de soigner le blessé, tant bien que mal, puisque l’hémorragie causée par la balle était tout de même assez importante. Ces heures étaient peut-être comptés, surtout si on ne lui prodigue pas de soins adéquats.

À l'extérieur, les forces de l'ordre et les agents secrets tentaient toujours d'organiser un plan efficace pour sauver les otages et neutraliser la menace terroriste, avec les moyens dont ils disposaient. Les deux agents du SVR s'organisaient avec le directeur du FBI et sa subalterne. Malheureusement, celle-ci semble craquer sous la pression, ces yeux se remplissent d'eau et elle file pour disparaître dans un véhicule. Si un de ses collègues va tenter de la consoler, le directeur Finley quant à lui décide de prendre le relais. Pour tout ce qui sera rattaché au FBI, il faudrait faire affaire avec lui finalement.

Lea Dugard, la fonctionnaire de l'ONU quant à elle était relativement sollicité. Le premier à lui demander quelque chose était Stas. Il voulait des plans, mais aussi, un moyen de communiquer avec les terroristes.

-Pour les plans, on peut certainement vous les transmettre, sans problème. Vous verrez l'entrée principale, les différentes ailes et étages de l'édifice, ainsi que les sorties d'urgence. En ce qui concerne les terroristes, l'agente Matthews a communiqué avec eux. Il est clair qu'ils ont appelé depuis un téléphone de ligne à l'intérieur de l'Assemblée. Il suffirait sans doute de rappeler à ce numéro.

Puis, c'était au tour d'Elena de faire de même et cette fois, elle lui demandait rien de moins que ces vêtements, ce qui laissa la jeune femme abasourdi. Elle n'avait probablement pas les mêmes tailles et mesures que la Russe, mais oui, ça devrait faire. La dame en question disparait donc pour aller se changer et ne garder que ses sous-vêtements et un long imperméable de police sur le corps, mais au moins, elle revient donner ces vêtements à Elena et désigne où elle s'est changé, dans une cabine de toilettes jaune, typique, qu'on utilise pour la construction. Pas l'idéal, mais il fallait faire avec.

Le directeur du FBI, qui ne pouvait plus compter sur Isobel, prenait la situation en main. Pour le moment, c'était un peu comme un quizz, il répondait aux questions des Russes. Et dire qu'il avait passé le début de sa carrière à contrecarrer les espions russes en sol américain. La vie est parfois d'une ironie...

« Oui, on peut utiliser les bons vieux talkies walkies. On a un réseau interne, tous mes agents en ont, on peut vous en passer. Vous savez vous servir de ce truc? »

Ce n'est pas très compliqué, il suffit d'appuyer sur un bouton pour parler, même Stas devrait s'en sortir! Puis, c'était au tour d'Elena d'avoir des demandes, mais ce que Finley aimait bien chez cette femme, c'est qu'elle avait un plan! Risqué, dangereux, mais il fallait faire avec. C'était peut-être la seule solution qu'ils avaient.

« Oui, on a ça, on est le FBI quand même, madame. Quand à savoir s'ils les détecteraient ou non, là, j'avoue que je ne sais pas s'ils fouillent les otages de façon exhaustive et je ne sais pas plus quel genre de détecteurs ils peuvent avoir, mais ces trucs, on les utilise pour mettre sur écoute des terroristes en territoire américain et des patrons de la mafia alors... je crois qu'ils ont prouvé leur efficacité ».

Par contre, sur la panne, ils s'étaient mal compris.

« J'ai bien peur de ne pas pouvoir vous garantir ce que vous demandez. On va faire une surcharge, c'est ce qui va provoquer la panne et on va utiliser notre technologie pour bloquer toutes ondes cellulaires. Le hic, c'est qu'on ne sait pas quand on pourra redémarrer le courant, mais ce ne sera sûrement pas en cinq minutes. L'autre question que je veux vous poser c'est: comment allez vous entrer? Certainement pas par l'entrée principale et les autres entrées-sorties sont sûrement bloqués ou contrôlés par les terroristes. Je pensais faire passer mes gars via les égouts, ce qui nous donnait trois accès principalement, dans l'édifice ».

Puis, le directeur ajoute, histoire que ce soit clair.

« En tout cas, si vous rentrez là-dedans, je vous donnerai vingt à trente minutes, pas plus. Après quoi, je fais entrer mes gars et advienne que pourra. Au moindre coups de feu, au moindre fuck-up, je les fais entrer aussi et là, ce sera advienne que pourra ».

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Tyler Archer


Messages : 177
Inscrit le : 18/08/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Jeu 31 Jan - 18:09

Tyler était un homme à la fois patient et impatient. Patient d'une part, il était capable d'attendre des années, mettre des mois à se préparer, pour pouvoir frapper au bon moment et arriver à réaliser ses plans. De l'autre côté, il n'aimait pas qu'on le fasse attendre, ni que les choses échappent à son contrôle et en bout de ligne, ce qui pouvait provoquer son impatience. De voir que le téléphone ne sonnait pas confirmer ces craintes. Les Américains n'avaient pas l'intention de négocier. Tyler avait deux choix, faire un bain de sang, enfin, l'amplifier, ou encore, tenter de minimiser les pertes et se préparer à un assaut. Il devait surtout pousser ces ennemis à faire des erreurs, autrement, ils cerneront chaque pouce carré de sorti et le terroriste verra son plan échouer.

En attendant, ces doigts tapotaient nerveusement le bureau où il se trouvait, dans le poste de sécurité central. En levant les yeux vers les écrans qui montraient ce que voient les caméras de l'édifice, il aperçoit Lena qui semble quitter la salle où elle avait transféré les otages jugeaient plus "dangereuses" par Tyler, parce qu'elles étaient soupçonnées d'être des agents. D'ailleurs, un d'eux gisait au sol, visiblement blessé. Bon... ce sont des choses nécessaires voyez-vous. Le chef terroriste décide donc de communiquer avec Lena.

-Lena, c'est Tyler. Matt' est occupé en ce moment, alors j'aurais besoin de toi. Retournes à la salle où j'étais tout à l'heure. Il devrait y avoir une ceinture de grenades. Prends la, va à une des pièces qui contient des otages et lance la ceinture. Bref, tu saisis ce que j'attends de toi?


Bref, de faire un bain de sang, ni plus ni moins, puisque l'explosion tuera très probablement tous ceux dans la pièce.

-On reste en contact, au cas-où je changerais d'avis.

Ce qui voulez dire que s'il avait des nouvelles de ces demandes, qui ont été formulé de façon assez claire, on ne peut pas lui reprocher d'être vague, il ordonnera peut-être à Lena d'attendre un peu avant de tuer des otages, mais dans le cas contraire, il la laissera aller. Chose certaine, dans quelques minutes, ils seraient forcés quant au résultat, à moins que Lena ne soit prise d'un élan de conscience et hésite à obéir à l'ordre de son chef.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lena I. Petrovski
We are the masters of the world
We are powerful and gorgeous


Messages : 666
Inscrit le : 09/05/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Sam 2 Fév - 19:46

Lena se trouvait toujours en dehors de la salle des otages en compagnie des deux gorilles. Pour le moment, elle ne savait pas quoi faire pour renverser la situation alors, en désespoir de cause, elle attendait le moment propice pour agir. Un moment qui ne tarda pas à arriver. Tyler lui demanda en effet d’aller chercher une ceinture de grenades. C’était toujours une arme de plus qui serait à sa disposition. Sans broncher, elle décida donc d’aller la chercher dans la salle où il se trouvait précédemment. Il n’y était plus. Où diable avait-il disparu ? Et Matthew où était-il ? Dans cette mission, elle était clairement mise à l’écart. Et, moins elle avait d’informations, moins elle pouvait agir de manière réfléchie. C’était un inconvénient de taille. Mais, elle ferait avec.
De retour à proximité de la salle des otages, elle prit une décision qui pourrait radicalement changer le cours de cette opération. Ça finirait par faire sauter sa couverture mais, franchement, elle n’avait plus le choix. Elle ne pouvait pas laisser ces personnes mourir. Elle devait faire quelque chose, peu importe si l’acte semblait minime pour l’instant. Désactivant la bombe présente sur la porte de la pièce contenant les agents pour pouvoir y entrer, elle laissa tomber une grenade sur le sol – sans la dégoupiller - et la fit rouler vers Antony à l’aide de son pied. Tout en se faisant, elle parla pour ne pas que Tyler la soupçonne s’il était entrain de la regarder. Elle était positionnée face à la caméra de telle manière que son geste reste invisible. « J’espère pour vous que nos demandes seront exaucées. Sinon, vous allez y rester » Même si elle venait juste de tirer sur Antony et qu’il aurait pu très facilement lancer la grenade sur elle, elle était persuadée qu’il n’en ferait rien. Du moins, elle l’espérait. Elle venait de leur donner une arme, aussi inutile soit-elle pour le moment. En revanche, en ressortant de la pièce, elle « oublia » malencontreusement de réactiver la bombe. « Allez voir comment ça se passe dans les autres pièces » ordonna-t-elle aux gorilles. S’ils étaient ici c’était pour l’aider alors ils étaient censés lui obéir un minimum. Qu’allaient-ils faire de cette grenade ? Est-ce qu’ils allaient l’utiliser tout de suite ? Aucune idée. S’éloignant de la porte au cas où ils auraient tenté une sortie en force, elle recontacta Tyler. « Est-ce que tu crois vraiment qu’ils vont répondre à tes demandes ? Ils l’auraient déjà fait s’ils en avaient eu l’envie. Où est-ce que tu es ? »
Tant qu’à faire, ce serait vraiment le bon moment pour instaurer une panne de courant. Ainsi, les agents pourraient sortir de leur cachette et libérer les otages sans que Tyler trouve ça suspect. Enfin, c’était peut-être trop demander.

_________________

❝YOU ARE NEVER WHAT YOU SEEM❞
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Grace Stevens


Messages : 527
Inscrit le : 27/08/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Mar 5 Fév - 12:04

Grace était perdue dans ses pensées, songeant de plus en plus à l'éventualité de perdre la vie aujourd'hui, au siège de l'ONU, quand un des hommes qui étaient arrivés avec elle vint la trouver. Il était brun, de taille moyenne et semblait étrangement calme, vu les circonstances. Ils le semblaient tous, d'ailleurs, même l'imbécile qui s'était pris une balle, alors qu'elle suait, avait la nausée et que ses nerfs menaçaient de lâcher à tout moment. Quand il s'adressa à elle, elle se contenta de hocher la tête d'un air distrait. Ses excuses, elle s'en fichait pas mal : ce qu'elle voulait, c'était se sortir d'ici en vie et cela semblait mal parti. Comme il se présenta, elle se décida à balbutier un simple :

« Grace. »

Seulement, elle était certaine qu'il se fichait pas mal de son prénom. Ou alors, il le demandait comme un médecin demandait l'identité d'un blessé pour le rassurer au moment fatidique. Bref, pour elle, c'était un signe de plus pour lui indiquer qu'ils étaient faits comme des rats. A ce moment-là, l'imbécile en costard rouvrit la bouche, affirmant que la terroriste n'était pas sûre d'elle, sinon, elle les aurait déjà liquidés. Là, Grace perdit totalement les pédales et releva la tête pour lui lâcher :

« Qui sait, peut-être qu'elle va vous faire plaisir et revenir pour fi... »


Mais elle se tut aussitôt. La porte s'ouvrait. Tendue, elle vit débarquer la terroriste blonde, à croire qu'elle les avait entendus. Ou qu'elle venait effectivement finir le travail, après avoir reçu un ordre de son supérieur. Mais elle ne sortit pas son arme, se contentant de parler. Enfin, c'était ce qu'il semblait, jusqu'à ce que la détective entende un bruit métallique et identifie une grenade qui roulait au sol, vers le type blessé. Son sang ne fit qu'un tour ; ils allaient tous mourir. Elle allait mourir. Elle aurait voulu partir le plus loin possible de l'explosion qui n'allait pas tarder mais son corps ne lui obéit pas. La femme s'en alla rapidement et aucune explosion ne vint. Légèrement sonnée, Grace ne sut rien faire d'autre que de se tourner vers Gregory pour lui souffler discrètement :

« Qu'est-ce qu'il s'est passé ? »


Est-ce qu'il avait remarqué la même chose qu'elle ? La grenade ? Elle ne l'avait pas rêvée, quand même mais... qu'est-ce que cela signifiait au juste ? Que la terroriste les aidait ? Cela semblait trop improbable pour être vrai. Peut-être que c'était une sorte de test et que, s'ils essayaient de s'échapper, ils les attendraient tous à l'extérieur pour les fusiller. Ou peut-être que c'était, justement, l'occasion inespérée d'échapper au massacre...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Gregory Farell


Messages : 36
Inscrit le : 23/09/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Ven 8 Fév - 15:54

Apparemment la femme s'appelait Grace. Joli nom. Mais je me demandais si elle ne cachait pas quelque chose, par le plus grand des hasards. Elle m'avait répondu, un peu comme si j'étais transparent. Voire carrément invisible. Mais entre nous, c'était plutôt elle qui avait l'air absente. Après lui avoir adressé un petit sourire, j'ai tenté de faire un rapide garrot au type qui s'était fait tirer dessus. J'ai donc retiré ma cravate et fait un simple nœud comme je pouvais. C'était moche, ridicule et certainement inutile, mais mes connaissances en chirurgie se limitaient à ça.
Je me suis relevé et suis repartis en direction de Grace. Pourquoi ? J'en sais rien. Peut-être parce qu'elle était la seule en état de pouvoir faire quelque chose, en plus de moi. Ne la connaissant pas, je me disais simplement que si elle était dans cette pièce avec nous, c'était pour une bonne raison. Mais pour le moment, elle avait l'air préoccupée. Hors de question donc, de lui adresser de nouveau la parole.

Alors que je commençais à échafauder des plans plus stupides les uns que les autres, plus pour faire passer le temps que pour vraiment nous sortir de cette situation, la gentille terroriste était revenue prendre de nos nouvelles. Charmante intention. D'autant qu'elle avait une grenade. Enfin, un truc qui y ressemblait et qui avait roulé dans la pièce. C'était donc soit une grenade, soit une balle de tennis. Mais j'avais un doute concernant la deuxième option. A mon avis, faire en sorte que nous nous amusions bien n'était pas vraiment la priorité des terroristes.
Lorsque la femme repartie, elle se contenta de refermer la porte. Pas d'autre son derrière. En même temps, j'avais sans doute mal entendu. La raison est simple : Grace, sous le choc, était venue me demander ce qu'il venait de se passer. C'est donc assez étonné et déçu que je ne puisse apparemment pas me rendre invisible, que je lui répondit :

" Eh bien... soit cette sympathique terroriste ne sait pas se servir d'une grenade et attend encore derrière la porte dans l'espoir de nous entendre repeindre les murs façon art contemporain, soit elle nous apporte son aide. Étant donné elle n'a pas l'air d'être de notre côté, comme peut en témoigner la jambe de notre ami, cette terroriste doit être une stagiaire. Quoi qu'il en soit, je suggère qu'on évite les gestes brusques en s'approchant de cet objet. "

Encore une fois, j'avais vaincu le stress et la peur par une touche d'humour. Mais les autres ne devraient pas tarder à me prendre pour un masochiste aux tendances suicidaires si je continuais sur cette voie là. A moins bien sûr qu'ils en étaient déjà convaincus. Mais il y avait bel et bien de quoi avoir les jetons. Primo, on était des otages, deuxio, on était des otages assez spéciaux pour avoir une pièce pour nous tous seuls, tertio, un homme qui, on peut le dire, l'avait un peu cherché, allait certainement au mieux mourir dans quelques heures faute de soin, et quatro, une folle nous avait balancé une grenade. Belle journée pas vrai ? En tout cas, en parlant d'engin explosif, j'avais beau avoir évoqué l'idée de m'en approcher, tenir cette chose dans ma main était bien loin de faire partie de mes plans. Dans un avenir proche tout du moins.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

L'Ombre


Messages : 71
Inscrit le : 29/06/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Jeu 14 Fév - 14:15

[On saute le tour d'Antony pour cette fois. Antony, tu en es à ta 1ère prise Wink Ou comme dise les Anglais, "first strike!" À trois, tu es hors jeu. C'est donc à toi, Stas!]
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Stas M. Sokolov


Messages : 2139
Inscrit le : 22/02/2011




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Sam 16 Fév - 15:46

Elena avait heureusement trouvé une première solution, qui était de s'infiltrer dans les locaux. Stas regarda ce projet sans en rien penser. Elena était une collègue qu'il connaissait très peu, et même s'il lui faisait plus confiance qu'aux inconnus qui les entourait, cela ne voulait pas dire pour autant qu'il s'inquiétait vraiment pour elle. De toute façon, elle devait bien savoir s'en sortir, non ? En tout cas, il pourrait avoir les plans, ce qui l'arrangeait bien. De même que le numéro de téléphone. Parfait, donc tout s'augurait bien. Il allait donc utiliser le réseau interne.
Le jeune homme s'installa à l'écart, histoire d'être un peu tranquille en attendant de pouvoir appeler. Il réfléchissait à ce qu'il pouvait faire. Vu comment tout commençait à partir, cela allait sans doute mal se terminer, et il le déplorait déjà. Mais il n'était pas en son pouvoir de changer complètement la donne, ce n'était pas pour rien qu'il fallait des centaines de personne pour s'occuper d'un cas comme celui-là... Il sombra progressivement dans cet état où plus rien n'avait réellement d'importance, si ce n'était la mission. Il étudia les plans qu'on lui transmettait. Observa la manière dont fonctionnait le réseau. Repensa à ce qu'il savait du terroriste et douta un instant d'être à la hauteur. Il réfléchit désespérément, convaincu qu'il n'y avait rien qu'il pouvait faire de bien... Mais qu'il devait quand même tenter ce qu'on lui demandait.

Vint dès lors le signal tant attendu. Stas émergea de son étrange léthargie et contempla le matériel à sa disposition. Hé bien, c'était l'heure. On lui disait d'y aller. Il sentit son cœur s'accélérer. C'était dingue, jamais il n'avait été aussi difficile de contacter quelqu'un. Il murmura entre ses lèvres un « Bonne chance, Sadowski » qui n'arriverait sans doute jamais à destination, et il se lança.
Les secondes à attendre une réponse durèrent une éternité.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Elena Sadovski


Messages : 685
Inscrit le : 16/10/2011




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Lun 18 Fév - 0:55

Le temps était compté, il fallait agir. Personne n'ayant de meilleure plan, je laissai Lea Dugard retirer ses vêtements et enfiler une veste du FBI avant d'aller me changer à mon tour. La chemise était un peu serrée, mais au moins la jupe et ses souliers étaient à la bonne taille. Je m'attachai les cheveux avec une pince et revient vers le directeur du FBI. C'était maintenant à lui que nous avions à faire. Il m'expliqua alors qu'il comptait créer la panne par une surcharge, et non couper le courant lui-même, à la centrale. Bon, tant pis, il faudrait faire avec. « Je prends les trente minutes. Trouvez-moi un micro, je vais passer par les égouts. Nous avons un agent à l'intérieur, je vais essayer de la rejoindre. Si je ne vous ai pas donné de signe dans une demi-heure, entrez, mais visez Archer. C'est lui qu'il faut atteindre, pas les autres. » Un technicien arriva avec un micro et une oreillette, que j'enfilai rapidement. Je ne savais pas comment j'allais me débrouiller dans les égouts avec les chaussures italiennes de Lea Dugard, par contre. Finalement, j'optai pour l'option numéro deux, laissai les chaussures sur place et enfila un pair de botte du FBI. Je n'aurais qu'à les laisser dans les égouts et entrer à l'intérieur pied nu. C'était plus crédible. Alors que je suivais les agents du FBI, je détachai mes cheveux et m'y passer les mains, essayant de me décoiffer le plus possible. J'accrochai la pince à mon veston et continuai d'avancer. Il me vint alors à l'esprit que je pouvais prévenir Lena de mon arrivée. Mon patron m'avait, avec toutes les informations qu'il m'avait transmise, aussi laissé son numéro de téléphone portable. Je ne savais pas si Archer espionnait toutes les personnes qui travaillaient pour lui, je décidai donc de lui envoyer un message qui se voulait subtil. Prenant mon propre téléphone, je composai rapidement un message en russe, qui se voulait près d'un On mange des burgers ce soir ? Je n'avais jamais aimé les Américains et encore moins les burgers. Mais au moins Lena pourrait comprendre que j'étais à New-York, moi aussi. J'envoyai le message et attendit patiemment. Nous étions maintenant descendus dans les égouts et prêt à entrer. J'attendais le feu vert du directeur du FBI. Ensuite, la partie pourrait réellement commencer.

_________________
elena

étonnant comme parfois on prend des résolutions , on dit que tout sera ainsi dorénavant, et il suffit d'un mouvement infime des lèvres pour casser l'assurance d'une certitude qui paraissait éternelle © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas

avatar

L'Ombre


Messages : 71
Inscrit le : 29/06/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Lun 18 Fév - 16:04

Du côté des terroristes, on sentait l'impatience et d'ailleurs, ceux-ci semblaient de plus en plus actifs. Il faut dire que dehors, une armée n'attendait que le bon moment pour lancer l'assaut sur la forteresse. Ils avaient donc tout intérêt à être tendus, nerveux. Tyler avait donné des consignes claires à Lena, mais s'il devait s'attendre à ce qu'il y ait une explosion, finalement, il n'en eu aucune. Y aurait-il des dissensions du côté des terroristes?

Du côté des otages, la situation n'était pas des plus faciles. Ils étaient toujours prisonnier de cette nouvelle pièce et cette fois, il y avait une grenade, intacte, mais une grenade tout de même, qui avait roulé dans cette pièce. En plus du blessé, voilà qu'il y avait l'équivalent d'une bombe à quelques pas d'où ils se trouvent. Pour l'instant, ils subissaient encore le mauvais sort, plus qu'ils ne décidaient du leur.

Dehors, les forces de l'ordre était dans la phase finale de la phase planification pour ainsi dire de leur plan. Maintenant, ils avaient un plan, ne restait plus qu'à le mettre en branle. C'est un plan qui repose sur peu de choses, mais au moins, ils ont un plan maintenant. Ils vont pouvoir prendre l'ascendant sur les terroristes et éliminer Tyler. Puisqu'il est clair pour tout le monde que si ce terroriste s'en sort, il va probablement commettre d'autres actes de la sorte ailleurs. Certains semblaient un peu nerveux par contre, ne semblait pas trop savoir quoi faire. C'est l'impression que donnait Stas, qui contemplait le téléphone sans trop savoir quoi faire. Le directeur du FBI finit par s'emporter.

-Mais qu'est-ce que vous attendez! Appelez les avant qu'il ne décide d'exécuter des otages!

Tout à l'heure, il lui avait suggéré, cette fois, il donnait un ordre clair il lui semble. Les Russes... il ne faut jamais s'attendre à ce qu'il soit très rapide à comprendre ceux-là! Par contre, il faut avouer qu'Elena avait du leadership, elle agissait. Le directeur acquiesça à ces propos.

-Entendu. Bonne chance mademoiselle, vous allez en avoir de besoin.

Après quoi, des hommes de l'escouade tactique escorte Elena dans les égouts, jusqu'au point d'accès à l'Assemblée générale. Puisqu'Elena n'avait pas talkie walkie, ni d'oreillette pour être en contact avec le directeur, ce serait bien trop dangereux pour elle et pour le plan, ce sont les hommes qui contactent le directeur une fois qu'ils sont rendus et le trajet ne leur pris que quelques minutes, tout au plus. Un des hommes contactent donc le directeur, écoute, puis acquiesce.

-C'est bon, dans trente secondes, la panne sera déclenchée.

Trente secondes exactement après ces propos, la panne est déclenchée dans l'Assemblée générale et les autres édifices du siège de l'ONU. Les lumières s'éteignent, de même que les caméras et tout, il en allait de même pour les téléphones cellulaires, tout ce qui fonctionne à l'aide d'onde finalement. Est-ce que les bombes des terroristes, ou du moins, les engins servant à les déclencher fonctionnerait toujours? On pouvait espérer que non. Les dés étaient lancés.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Tyler Archer


Messages : 177
Inscrit le : 18/08/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Mar 19 Fév - 2:59

Tyler avait donné des ordres clairs à Lena, non? La jolie petite blonde devait prendre une ceinture de grenade, enlever une goupille et la lancer dans une pièce pleine d'otages et boum, le nouvel an chinois dans la pièce. Au lieu de ça, aucune explosion, rien et Lena, sur les caméras, était bien devant une des pièces d'otages justement, mais ces hommes s'en éloignaient. Pourquoi? Tyler n'aimait pas cela. Cette fille manquait-elle de couille finalement? Ce ne serait pas étonnant. Envoyez une femme faire le travail d'un homme et voilà le résultat. Le jeune homme prit le walkie talkie, puisque Lena voulait savoir où il était. Il comprit, aux questions qu'elle posait, qu'elle semblait être prise de doutes tout à coup. Croit-elle vraiment qu'elle va pouvoir sauver sa peau rendue à ce moment-ci? Il est un peu trop tard pour ça. Les autres l'ont compris. Il avait pris sur cette fille pour quelqu'un d'un peu plus intelligent que la moyenne.

-Je crois qu'il est temps de tenir parole en ce qui nous concerne... Viens me retrouver dans la salle de l'Assemblée générale.

La grande salle où les votes se tiennent et où il avait fait le discours un peu plus tôt. Une fois Lena partie en direction de la salle, il quitte aussi la salle de la sécurité, mais avant, il prend une fusil de gros calibre, un fusil sniper et se dirige vers la salle des traducteurs. Il se dépêchait, question d'arriver en même temps ou avant Lena, si possible, mais en chemin, il avait des ordres à communiquer.

-Matt, Jack, Ono et Ashin, c'est Tyler. Rentrez dans la première pièce pleine d'otages que vous verrez et tuer tout le monde, vous m'avez compris? Il est temps d'envoyer un message clair au monde entier. On va appeler ça... mettre de la pression. Vous m'avez bien reçu?


C'est quatre là, ce sont des vrais, ils ne seront pas pris d'hésitation. Une fois qu'il arrive à une vitrine de la salle des traducteurs, il se met en position couché et zérote son arme, l'ajuste pour atteindre une cible à une certaine distance en contrebas. Quand Lena arrive en contrebas, on entendait des coups de feu et des cris, des cris de mort. Les gars faisaient leur boulot. Bonne nouvelle, ce n'était pas dans la même pièce que Grace et compagnie, mais pas très loin. Dans sa mire, il vit bientôt Lena, avec qui il communiquait à nouveau.

-Pourquoi tu n'as pas fait sauter cette grenade, Lena? Tu paniques? Tu craques? Tu sais... un faux mouvement, un moment d'hésitation et tu es morte.

La main sur la gâchette, il l'avait bien en mire, mais n'appuyait pas encore. Il attendait la réponse et après il décidait, mais Lena commence à peine à parler que toutes les lumières s'éteignent. Comme il faisait jour, la perte de visibilité n'était pas totale, mais Tyler se redresse quand même. Il règlera le compte à Lena plus tard.

-Mettez vous en alerte messieurs, dames! Ils vont nous attaquer. Bouclez les périmètres, tout le monde à son poste, tenez vous prêt. Ono, Ashin, vous avez fini? Faites un repérage des lieux. Je veux savoir s'ils ont profité de la panne pour nous infiltrer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lena I. Petrovski
We are the masters of the world
We are powerful and gorgeous


Messages : 666
Inscrit le : 09/05/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Ven 22 Fév - 14:49

Lena avait donné une chance aux otages de s’enfuir. Elle leur avait laissé une grenade. Un objet très puissant capable de faire beaucoup de dégâts. Par prudence et ne sachant pas exactement ce qu’ils allaient en faire, elle s’éloigna de la porte et attendit. Elle attendit quelques minutes mais rien ne se passa. Soit ils ne savaient pas comment l’utiliser, soit ils ne voulaient pas le faire. Pourtant, elle n’avait pas rebranché la bombe de leur porte et, ça, ils auraient dû l’entendre puisqu’ils étaient agents. Que pouvait-elle faire maintenant ? Elle n’allait pas de nouveau pénétrer dans la pièce pour leur expliquer a par b ce qu’ils devaient faire. C’était à eux de se débrouiller. Certes, un flingue aurait sans doute été plus utile qu’un explosif mais elle n’était pas un magasin d’armes ambulant. C’était déjà bien qu’ils aient reçu quelque chose de sa part.

Occupée à se demander ce qu’elle pouvait bien faire de plus, elle reçut deux messages plus ou moins au même moment. Un de Tyler qui lui demandait de le rejoindre et, plus étonnant, un d’Elena qui lui demandait si elle voulait manger des burgers avec elle. Elle fronça les sourcils mais, très vite, comprit qu’il devait s’agir d’un code. Elle lui répondit discrètement en conservant son téléphone dans sa poche tout en allant rejoindre Tyler. « Oui, je suis libre, tu n’auras qu’à me dire où et quand on se retrouve ». A sa connaissance, son téléphone n’était pas surveillé puisqu’il s’agissait de celui du SVR mais, par prudence, elle décida de continuer à fonctionner par "codes anodins".

Rapidement, elle rejoignit la pièce où Tyler se trouvait. Elle n’avait plus aucune raison de lui obéir. Ainsi, elle sortit son flingue et se mit sur ses gardes. Elle ne comptait pas le tuer mais si elle pouvait juste le blesser pour l’empêcher de s’enfuir ce serait déjà ça. Il était maintenant évident que sa mission d’infiltration prenait fin aujourd’hui. Elle avait contesté plusieurs fois ses ordres et, pour un mec qui avait un égo surdimensionné, c’était difficilement acceptable.
Dès qu’elle arriva dans la pièce, son premier réflexe fut de le chercher des yeux. Il n’était pas visible, c’était mauvais signe. Au même moment, elle commença à entendre des coups de feux et des cris. Sans doute avait-il donné l’ordre de tuer tout le monde. Il ne fallait pas qu’elle traîne si elle voulait empêcher ça. « Peut-être parce que s’en prendre au siège de l’ONU est un des plans les plus ridicules que j’ai entendu de toute ma vie ». En une seconde, elle l’aperçut, en hauteur. Mais, au moment où elle allait lui tirer dessus la lumière s’éteignit, il se passait quoi encore ?

Sans demander son reste, elle sortit de la pièce pour éviter de se prendre une balle perdue qu'il aurait sûrement tirée dans l'espoir de la toucher. Il devait sûrement en avoir fait de même. Il fallait maintenant choisir entre sauver les otages qui pouvaient encore l’être ou poursuivre Tyler. Elle opta pour la première solution. A toute vitesse, elle se dirigea vers les pièces des otages et tua l’un de membres de l’équipe de Tyler. Il ne lui fallut pas plus d’une minute pour en tuer un second. Elle espérait qu’Elena allait arriver parce que, maintenant, les deux autres membres de son équipe lui tiraient dessus.

_________________

❝YOU ARE NEVER WHAT YOU SEEM❞
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Grace Stevens


Messages : 527
Inscrit le : 27/08/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Lun 25 Fév - 22:49

Cette grenade, Grace ne voulait rien avoir à faire avec. Comme avec aucune arme, d'ailleurs. Elle était un peu de ces rares Américains qui préféraient mettre le plus de distance possible entre elle et une arme à feu. Bon, les éviter, aujourd'hui, c'était un peu raté... Restait que la détective n'avait aucune idée de quoi faire avec cet explosif, et que, plutôt que de les mettre en danger, elle comme les autres personnes présentes ici, elle préférait s'abstenir de toucher cet engin de mort. Ce qu'elle voulait, en fait, c'était tout simplement sortir d'ici vivante, et entière. Rentrer chez elle, tout oublier. Prise d'une soudaine panique, elle se leva, abandonna le fameux Gregory pour s'approcher de la porte (et, accessoirement, s'éloigner de la grenade). Soudainement, des coups de feux retentirent, non loin d'ici, des cris s'élevèrent, lui glaçant le sang. Qu'est-ce qu'il se passait, au juste ? Est-ce que les autorités venaient de lancer l'assaut et que les terroristes décidaient de tuer tous les otages ? Ou bien, c'était le but premier ? On ne les avait pas rassemblés ici pour rien... Ses pensées s'entremêlèrent. Bien vite, elle se contenta de guetter le moindre bruit, le premier signe qui trahirait qu'ils étaient les prochains. Pour quoi, au juste ? Se préparer à mourir ? Visiblement, c'était la seule issue possible.

Rapidement, toutefois, un coup de théâtre se produisit. Le noir se fit tout autour, lui glaçant d'abord le sang. C'était la fin. Mais personne ne vint, aucun coup de feu ne retentit. Après quelques secondes, Grace, se précipita vers la porte, soufflant à l'adresse de qui le voulait :

« C'est peut-être notre seule chance de nous en sortir... »

Et si c'était un vulgaire piège ? Et si on les attendait dehors, armes braquées sur la porte ? C'était possible. Mais, entre attendre patiemment qu'on les liquide ou agir, quitte à se jeter dans la gueule du loup, Grace préférait agir...

Et finalement, quand elle ouvrit la porte, c'est face à un couloir désert qu'elle se trouvait. Pour combien de temps toutefois, c'était la question majeure...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Gregory Farell


Messages : 36
Inscrit le : 23/09/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Jeu 28 Fév - 16:24

La situation était... un peu coincée en fait. Personne n'osait bouger de sa position. Chacun devait certainement attendre le courageux héros qui prendrait les choses en main et mènerait le groupe vers la sortie, sains et saufs, comme dans les films.
Mais là, c'était tout autrement différent. Nous n'étions pas dans une super production hollywoodienne et la grenade qui avait roulée au sol quelques instants plus tôt n'était pas un vulgaire morceau de plastique, mais bel et bien un dangereux explosif.

Des coups de feu. Des cris. Des morts. Les terroristes exécutaient des otages dans une pièce voisine. Leur chef était-il sadique au point de nous garder pour la fin, histoire de nous torturer un peu, entre deux explosions de bombes ? Ou alors étions-nous censés déjà être morts et enterrés sous les décombres de cette salle ?

La lumière s'éteignit soudain. Mes yeux mirent quelques secondes pour s'accommoder à la faible lueur dans laquelle nous étions. Pendant ce temps, Grace avait marmonné quelques mots à propos de nos chances de sortir, avant d'ouvrir la porte de notre salle. Et ensuite ? Rien. Pas d'explosions. Pas de gorilles armés de mitraillettes derrière la porte. Juste un couloir. Un simple couloir, dont le seul danger à le traverser était de trébucher.
Apparemment, c'était Grace notre chef, notre héroïne, celle qui allait nous guider vers l'extérieur. Ou dans un piège, en fonction de son sens de l'orientation.
Quant à moi, je me sentais un peu bête. Planté là, sans réaction. Une impulsion me traversa. Je me suis ébroué, pour me débarrasser du stress et des images de notre mort qui me hantaient, puis, m'approchant de la grenade, avec prudence, je la pris, la glissa dans une des poches de ma veste, avec une délicatesse de joaillier puis, me tournant vers l'homme de la sécurité qui nous accompagnait, je lui dis de porter notre compagnon blessé.
Nous allions rejouer la grande évasion. Ou bien mourir dans la minute qui allait suivre.
Je me suis mis au niveau de Grace et lui ai soufflé :

" Et maintenant, c'est quoi le programme ? "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Antony Williams


Messages : 49
Inscrit le : 24/08/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Lun 4 Mar - 17:43

Le sang continuait de couler malgré le pansement à la McGiver. La douleur n'en fut pas moins vive, bien au contraire, parfois des vives piques venaient attaquer cette jambe maculer de couleur rouge, de cette couleur qui fait vivre les gens, cette couleur qui représente autant la haine que l'amour.
Beaucoup de chose s'était déroulé en peu de temps, mais bien que tout cela fut rapide, Antony eut une légère absence, il lui semblait avoir louper quelque chose, comme si un épisode d'une série lui manquait, pourtant il n'en était rien.
La jeune terroriste ne semblait pas se lier de pensée avec Skippy le grand gourou, car elle laissa une grenade non actionné dans la salle vers la direction du blessé pour la planquer des caméras et des espèces de gorilles qui se trouvaient dehors. En voyant cette grenade, il eut un sourire sur son visage. Il ne s'était pas trompé, encore une fois. Vous avais-je dis qu'il était très arrogant ? Parce que maintenant vous le savez. Sur un moment de douleur violente, il posa sa main sur sa blessure, sur la cravate dont la couleur d'origine était maintenant indéfinissable à cause du sang qu'elle avait absorbée. La haine s'insère doucement dans les choses, et une fois installée, on a du mal à la faire partir. Mais soyez tranquille, un bon coup de bon produit et voilà que les tâches s'évanouissent.
La grenade était là, personne ne faisait rien, la fausse-terroriste était sortie et il semblait qu'elle n'avait pas bien fermé la porte, était-ce un piège ? Antony n'eut pas le temps d'y penser, du moins son cerveau qui subissait un moment de lenteur n'a pu y voir clair, que la lumière c'était éteinte, les coup de feu étaient passés, il n'avait rien entendu.
La jeune fille qui semblait plutôt une fille sans cervelle et qui a peur de tout, selon Monsieur Williams, avait ouvert la porte malgré ses risques et périls. Dehors elle ne trouva rien, rien que le néant. Un couloir vide de ces occupants, encore ce souloir se devait-il d'avoir des occupants ? Dans la situation présente, je pense que oui.
Ce couloir était donc vide. Une des personnes présente dans la salle initiale invita l'homme de la sécurité d'aider le pauvre blesser. Celui-ci se leva tout seul malgré des crispations de visage intenses.

- Merci, mais je me débrouillerai tout seul. Nous allons avoir besoin du maximum de nos facultés si nous voulons rester en vie.

A ces mots, il rejoignit la porte, en boitant et crispant les dents. Une fois à la hauteur d'un gentil monsieur qui avait prit la grenade, il s'arrêta et dit :

- Si c'est possible de sortir en vie d'ici.

Une fois cela dit, il continua d'avancer et se retrouva dans le couloir, il examina les lieux rapidement, essayant de sortir de son pseudo coma.

-Bon, et bien surtout si vous voyez un méchant, n'hésitez pas à le tuer, parce que lui, il n'hésitera pas.


Un sourire se dessina sur les lèvre de notre homme, il était dans un jeu dangereux, et ce jeu faisait ressortir son côté noir et sombre, son côté caché.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Stas M. Sokolov


Messages : 2139
Inscrit le : 22/02/2011




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Ven 8 Mar - 12:12

Alors que Stas attendait un signal, il se fit assez vertement réprimandé par le directeur du FIB. Le jeune homme lui envoya un regard froid, sans daigner lui répondre le moindre du monde. Il allait appeler, ce n'était pas un problème vu qu'on le lui demandait. Mais ce n'était certainement pas pour lui faire plaisir qu'il le faisait tout de suite. Stas composa le numéro qu'on lui avait donné et attendit patiemment que quelqu'un daigne répondre. A supposer que ce fut le cas, parce que cela avait l'air de chauffer à l'intérieur. Combien de temps restait-il avant que les otages ne soient exécutés ? Cela le rendait malade, et pourtant... il n'avait pas à s'en soucier. Son objectif était de voir Archer hors d'état de nuire... Il devait taire ses propres scrupules.
La ligne ne répondait pas, et Stas commençait à s'énerver, un peu. Les terroristes s'étaient sans doute rendu compte que le beau monde qui les attendait à l'extérieur ne s'étaient pas contentés d'attendre. Évidemment, c'était toujours la même chose. Stas ne disait rien, mais si quelqu'un lui avait adressé la parole, il aurait été surpris de le voir à ce point en colère, alors qu'extérieurement, il arborait un calme glacial.
Il entendit enfin que quelqu'un daignait décrocher ce téléphone. Qui ? Comme s'il pouvait le savoir. Cela pouvait être n'importe qui, même un otage, allez savoir. Il n'était pas certain de ce qu'on lui avait filé.
    « Allô ? Puis-je parler à monsieur Archer s'il vous plaît ? »
Même s'il parlait en anglais, il conservait son accent russe... ce qui pouvait un peu renseigner son interlocuteur sur le type de personne qui était à l'appareil. Pas un Américain, en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Elena Sadovski


Messages : 685
Inscrit le : 16/10/2011




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Lun 11 Mar - 17:53

L’odeur des égouts était désagréable, mais il me fallait encore la supporter un peu. Le silence régnait ici, les hommes du FBI s’étaient tus, ils attendaient eux aussi les ordres de leur chef. La trappe par laquelle j’allais entrer était ouverte, nous n’attentions plus que la panne.
L’ordre arriva alors, les hommes me donnèrent un coup de main pour entrer et je disparu à l’intérieur du bâtiment. J’avais trente minutes pour atteindre Archer et ses hommes. J’avais une arme à ma ceinture, mais je ne l’utiliserais qu’en dernier retour, n’ayant jamais été la plus vite à la gâchette. J’étais bien meilleure en combat. Je me faufilai jusqu’à l’intérieur et arrivai dans une chaufferie. J’avais rapidement étudié les plans du bâtiment, assez pour savoir où j’étais. Je sortis de la pièce et me retrouvai dans un long corridor complètement désert. J’entendis alors des cris et des tirs venant de ma droite, je me dirigeai donc dans cette direction. J’avais reçu la réponse de Lena, maintenant il fallait que je la trouve dans ce grand édifice.
Alors que je tournais un coin, je fis un face à face avec un des hommes d’Archer, immense et imposant. Un coup de genoux sous la ceinture puis un deuxième dans le nez le neutralisèrent. Il tomba rapidement à la renverse et j’attrapai son arme avant de lui tirer une balle dans la jambe. Il ne me suivrait pas. Je continuais d’avancer, priant pour tomber sur Lena le plus tôt possible. J’aperçu alors, comme par magie, la tête blonde que je cherchais. Deux hommes la criblaient de tir. Dos à moi, je pris une bonne inspiration et tirai sans problème sur un des deux. Voyant son collègue tomber, il se retourna pour voir qui l’avait atteint et Lena eut la situation idéale pour l’achever. D’autres gardes arriveraient certainement bientôt, c’est pourquoi j’allai rejoindre Lena le plus rapidement. Il fallait s’occuper de la tête de l’opération, d’Archer. « Où il est, l’anarchiste ? » demandais-je à ma collègue. Elle devait être au courant de sa position. Nous devions l’achever au plus vite, avant qu’il ne fasse encore plus de victime…

_________________
elena

étonnant comme parfois on prend des résolutions , on dit que tout sera ainsi dorénavant, et il suffit d'un mouvement infime des lèvres pour casser l'assurance d'une certitude qui paraissait éternelle © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas

avatar

L'Ombre


Messages : 71
Inscrit le : 29/06/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Mar 12 Mar - 13:40

Cette fois, le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il y avait de l'action. Tyler devait bien se douter que ce moment arriverait et il semblait vouloir s'occuper personnellement de la traîtresse et/ou de l'agent double, Lena, seulement la panne intervient juste au bon moment pour elle et la blonde s'échappe ainsi de sa ligne de mire. Cependant, après avoir reçu les directives de leur chef, les terroristes se mettaient en action et aux dernières nouvelles, il n'y a que deux personnes armées d'infiltrées dans l'édifice, ce qui est peu face à la vingtaine d'hommes armés que possède Tyler. Sans intervention des forces de l'ordre américaine, leur sort est peut-être jeté. Si Elena et Lena réussissent à éliminer quelques hommes à deux, il était clair que d'autres arriveraient, plus nombreux probablement, et qu'ils ne pourraient pas se promener dans l'Assemblée générale comme dans un moulin. Néanmoins, le building dans un noir quasi-complet depuis la panne, seules les lumières d'urgence l'éclairait. Au moins, les hommes envoyés pour tuer les otages étaient morts, seulement, les deux agentes ont à peine le temps de reprendre leur souffle qu'une smoke grenade tombe au bout du couloir où ils se trouvent et on entend des bruits de pas de gens qui doivent sans doute prendre position. Puis, à l'autre bout du corridor, le géant boiteux qu'à affronter Lena se pointe, pistolet en main, bien décidant à abattre celle qui a bien failli le tuer et derrière lui, d'autres gars armés de kalashnikov, environ trois, se pointent aussi. Impossible d'évaluer les effectifs de ceux dans la fumée. Se rendre serait-il une bonne option?

Les otages quant à elles profitaient de toute cette action pour sortir de la pièce où ils avaient été enfermé, à part des autres. Aucun signe de personne, les terroristes qui patrouillaient dans le couloir avait répondu à l'appel de renforts de Tyler pour neutraliser la menace à l'intérieur de l'Assemblée. Dans une direction, le couloir tournait et de la fumée en émanait depuis peu. C'est aussi de cette direction qu'on pouvait entendre des échanges de coups de feu depuis quelques secondes, puis, un calme inquiétant. L'autre côté du couloir conduit à une cage d'escalier, avec un panneau "exit" à côté. Les escaliers quant à eux conduisent au niveaux inférieurs ou supérieurs, comme par exemple, quelqu'un qui connaitrait un peu le building saurait qu'aux étages supérieurs se trouvent le bureau central de la sécurité, entre autre et de possibles armes. À l'inverse, vers le bas , c'est la sortie potentielle, si elle n'est pas gardée, bien sûr.

À l'extérieur, les gens étaient sous l'angoisse de l'attente. Le téléphone de Stas avait sonné, mais en vain. La panne avait été ordonné et depuis, on entendait des coups de feu dans le bâtiment, ce qui était loin de rassurer le directeur Finley, qui approche de l'agent russe.

« Croyez vous qu'on devrait envoyer l'escouade tactique maintenant? »

Ou laisser encore un peu de temps à Elena? Stas a tout juste le temps de répondre, que soudain, l'agent du SVR voit comme un énorme flash blanc, puis est projeté au sol. À une vingtaine de mètre, une bombe placée par les terroristes est déclenchée, soufflant tout sur son passage, tuant policiers et service de secours, semant encore un peu plus le chaos et le désordre. Le directeur Finley est sur le sol, blessé et inconscient. Stas quant à lui a été béni des dieux et hormis un horrible mal de crâne et des débris sur le corps, quelques égratignures par-ci, par-là, il est indemne ou du moins, autant que puisse l'être un homme dans un moment pareil. À côté de Finley gisait sa radio et sur celle-ci, on pouvait entendre les hommes de la SWAT du FBI demander qu'est-ce qui se passe et quels sont les ordres?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Tyler Archer


Messages : 177
Inscrit le : 18/08/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Mer 13 Mar - 15:51

Tyler rageait, Lena l'avait trahi, une panne venait d'être activé dans l'édifice et apparemment, les forces de police à l'extérieur donnerait l'assaut bientôt. S'il avait été dupé, alors il comptait faire des derniers moments sur terre un feu d'artifice dont le monde se souviendra longtemps et qui annoncera l'anarchie à venir, car oui, ce monde va nul part, il essaie juste d'accélérer le processus de destruction de l'ordre établi, un système qui est en train de tomber en ruine lui-même.

Il laisse tomber le sniper et ramasse son pistolet. Il prend son téléphone cellulaire et maugrée en voyant qu'il était éteint. Tyler doit toujours tout faire lui-même. Heureusement qu'ils avaient prévu le coup, avec Matthew et donc, il prend le détonateur, espérant que ça fonctionne, il appuie sur le bouton et... BOUM! L'explosion se fait sentir même dans l'édifice et dehors, il devait y avoir une sacrée pagaille. Tyler avait été projeté au sol, mais il se relève, replace sa casquette de policier sur sa tête. Il devait maintenant trouver un moyen de sortir d'ici et vivant idéalement. Lena est sans doute ce qui posait le plus de problème pour le moment. La tuer semblait LA priorité, après, il pourra suivre à nouveau son plan, une fois l'imprévu éliminé.

Il va donc dans la direction des coups de feu, allant rejoindre ces hommes qui semblaient tenir les deux tireurs dans un coin. Parfait, voilà qui devrait lui faciliter la tâche. Non mais à quoi elles ont pensé celles-là? Puis, Tyler pense à la ceinture de grenade que Lena n'a jamais utilisé finalement et soudain, il eut un drôle de pressentiment et se prépara plutôt à bondir pour échapper à une explosion.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lena I. Petrovski
We are the masters of the world
We are powerful and gorgeous


Messages : 666
Inscrit le : 09/05/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Sam 16 Mar - 16:11

Lena était dans une situation désespérée. Elle avait beau avoir joué à l’héroïne, il lui semblait tout à coup que ses efforts n’avaient servi à rien. Elle était la cible de deux tireurs qui ne lui laissaient pas une seconde de répit pour qu’elle puisse leur lancer une de ses grenades. Combien de balles avaient-ils dans leur chargeur ? Elle n’avait aucun moyen de le savoir. Elle n’avait aucune solution en vue. Au moment où elle s’apprêtait vraiment à paniquer, elle entendit le bruit d’un tir différent des autres. Elena ! Sans hésiter une seconde, elle sortit de sa cachette et tua le dernier garde. Pendant ce temps, son amie s’approcha d’elle. « Il était dans la grande salle il y a quelques minutes. Il est déguisé en policier » dit-elle très vite, lui révélant le plus d’informations en un laps de temps très court. Cependant, elle fut vite interrompue par un fumigène, venu d’elle ne savait où. Instinctivement, elle mit sa main devant sa bouche et recula. Avant que la fumée n’envahisse les lieux, elle eut le temps d’apercevoir de nombreux hommes à l’autre bout de la pièce. Manifestement, ce serait plus dur qu’elle ne l’avait cru.

Aveuglée, elle prit Elena par le bras et lui montra la ceinture de grenades qu’elle avait toujours sur elle. Certes, elle en avait donné une aux otages mais, au cas où, elle avait gardé le reste. Elle laissa Elena en prendre plusieurs et, ensuite, elles en lancèrent deux à l’unisson. Comme ils ne s’y attendaient pas, elle était persuadée avoir réussi à tuer plusieurs gardes. Cependant, à cause de la fumée, elle ne vit pas que Tyler les avait rejoint.
Puisque les tirs s’étaient arrêtés, elles décidèrent d’avancer afin de gagner du terrain et, si possible, tuer les derniers gardes à coups de revolver. De toute manière, il fallait qu’elles réussissent à atteindre l’escalier. Elles n’allaient quand même pas rester dans ce couloir indéfiniment. « Il y a encore des otages dans ces pièces » réussit-elle à articuler lorsque la fumée se mit petit à petit à disparaître. Elle n’avait pas la moindre idée de la manière dont elle allait continuer cette mission. Elle ne savait pas s’il valait mieux poursuivre Tyler ou mettre les otages à l’abri. Elle espérait donc qu’Elena puisse l’éclairer à ce sujet.

_________________

❝YOU ARE NEVER WHAT YOU SEEM❞
Revenir en haut Aller en bas

avatar

L'Ombre


Messages : 71
Inscrit le : 29/06/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Jeu 21 Mar - 20:12

[Première prise pour Grace, on saute son tour, c'est à Gregory maintenant!]
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Gregory Farell


Messages : 36
Inscrit le : 23/09/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Ven 22 Mar - 9:37

Plus le temps passait et plus la situation semblait s'aggraver. Chacun d'entre nous devait réfléchir aussi vite que possible, en se posant les bonnes questions. Le temps de se demander pourquoi c'était nous, et pas d'autres qui avaient été mis à part était révolu. Maintenant, il fallait trouver le moyen de se sortir d'ici en un seul morceau si possible, comme le fit justement remarquer notre blessé. D'ailleurs, le concernant, il aurait sans doute besoin de soins au plus vite. Une raison de plus pour ne pas traîner.

De nouveaux coups de feu résonnèrent, accompagnés d'une fumée blanche, à un angle du couloir dans lequel nous nous trouvions. En me tournant rapidement pour avoir une vue d'ensemble de tous les côtés, j’aperçus au loin un panneau éclairé d'une légère lumière, au dessus d'une porte. Certainement une cage d'escalier.
En fermant les yeux pour me concentrer, je marmonnais des choses concernant le plan du bâtiment, qui devaient sans doute être à peine perceptibles. En rouvrant les yeux, je savais quoi faire. Enfin, à peu de choses près...

Sortant la grenade de ma poche, sans trop la secouer, je me tournais vers le membre du personnel de sécurité qui nous accompagnait. Lui tendant l'explosif, je lui dis, même si cette annonce concernait tout le monde, et je le fis bien comprendre en me tournant successivement vers les autres tout en parlant :

" Bon, prenez ça. On va se séparer en deux groupes pour le moment. Vous et notre blessé allez prendre l'escalier là-bas. Il me semble qu'il mène à un poste de sécurité à l'étage du dessus. Vous devez le savoir mieux que moi, alors dites le si je me trompe. Mais dans le cas contraire, montez prendre des armes s'il y en a. Il nous faut quelque chose de discret. Pendant ce temps, Grace et moi, si vous êtes d'accord Grace, allons voir ce qui s'est passé là où il y a de la fumée, de l'autre côté du couloir. Il y a eu des échanges de coups de feu, donc peut-être des secours, ou au moins une personne en plus pour nous aider à sortir d'ici. On se rejoint à la porte de l'escalier, ici-même, le plus rapidement possible. "

Donnant la grenade, je me dirigeais vers la fumée, lentement, en évitant de faire du bruit en marchant.
Je n'attendais pas d'approbation de la part des autres. Il fallait faire quelque chose, et vite. Alors prendre les choses en main était peut-être une mauvaise idée, mon plan était sans doute stupide, mais à défaut d'en avoir un meilleur, on devait l'appliquer. Rester immobiles à délibérer des heures durant au milieu de ce couloir était le meilleur moyen de se faire tuer.

Avant d'arriver à l'angle du couloir, je me pris les pieds dans un de mes lacets, qui s'était apparemment défait. Trébuchant en tapant des pieds sur le sol, on m'avait sans doute entendu, de l'autre côté du mur. Même si maintenant je me tenais plaqué dos au mur, en silence, j'avais l'impression que mon cœur allait finir par briser mes côtes. J'étais en effet loin d'être en sécurité et, par la faute de mes lacets, on allait peut-être tous se faire descendre...
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   

Revenir en haut Aller en bas
 

intrigue #5 : le siège de l'ONU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Siège de Constantinople 1453
» [Deck - Joute] Le Siège de Port-Real - Siège de Winterfell
» [Question] Agenda - Siège de Winterfell (résolu)
» Agenda siège de winterfell : bataille du bois aux murmures / retraite feinte
» Déroulement d'un siège
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: A la fin :: Archives :: new york :: Le siège de l'ONU-