Partagez | 
 

 intrigue #5 : le siège de l'ONU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

avatar

L'Ombre


Messages : 71
Inscrit le : 29/06/2012




MessageSujet: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Dim 4 Nov - 21:18

L'Ombre a écrit:
Citation :
Participants : (10) Tyler Archer, Matthew Wade, Lena I. Petrovski, Gregory Farell, Antony Williams, Grace Stevens, Elena Sadovski, Wesley Abernathy, Stas Sokolov, Isobel A. Matthews

Ordre de réponse : Ombre, Tyler, Grace, Gregory, Stas, Elena
Longueur des posts : 250-500 mots

NB : Pour toutes questions, contactez Tyler Archer

29 octobre 2012, 8h45, siège de l'ONU

Pour beaucoup de gens, la semaine débute. Ceux qui travaillent au siège de l'ONU n'y échappent pas. Le siège de l'ONU se compose en trois édifices principaux: la tour de verre, édifice à bureau, la bibliothèque de l'ONU et finalement, le lieu le plus connu, l'édifice de l'assemblée générale. La plupart des employés travaille dans le grand édifice à bureaux, comme chaque jour, des centaines de gens rentrent, passent les systèmes de sécurité dont les agents locaux s'occupent. Pour tous ces gens, c'est la routine et donc, ils vont dans leur bureau vaquer à leurs occupations. Seul petit détail ce matin, à l'extérieur des édifices, la présence policière se fait plus grande qu'à l'habitude. Pour une énième fois, un fou ou une organisation quelconque doit avoir écrit sur un blog qu'il allait s'en prendre à l'ONU, comme le dit un employé sarcastique à un journaliste qui prend quelques interviews dans la rue, non loin de l'entrée du bâtiment. Puis, une panne d'électricité, d'une minute ou deux, vient perturber la routine, mais comme elle se termine à peine commencée, personne ne s'en soucie vraiment. Pendant ce temps, quelques touristes commencent à affluer et à visiter  l'édifice de l'assemblée générale, détaché du Palais de Verre de 39 étages qui compose le principal édifice du siège de l'ONU.

9h 15, édifice de l'Assemblée générale

Les touristes visitaient tranquillement l'assemblée, prêt à assister à une séance, lorsque soudain, un des agents de sécurité sort son arme et invite tout le monde à ne pas paniquer, Tout le monde doit s'entasser dans une poignée de salles de conférence. Lorsqu'ils arrivent sur place, des gens tout de noir vêtu les accueillent et leur annoncent qu'ils sont maintenant des otages et qu'ils ont intérêt à se tenir tranquille. Des terroristes, déguisés en agent de sécurité, ou véritablement des agents, c'est difficile de distinguer à ce moment-ci, verrouillent les entrées et les sorties possibles et y posent des mines de proximité. Les diplomates de différents pays, pris au piège eux aussi, se font ordonner de rester à leur bureau.

9h20, extérieur du Palais de Verre

Pendant ce temps à l'extérieur, c'est le branle-bas de combat. Ce que craignait les services de renseignement vient de se produire. Un groupe terroriste non-identifié, pour le moment, vient de s'emparer de l'assemblée générale de l'ONU, prenant comme otage les touristes sur place, ainsi que plusieurs diplomates. La police convoque des renforts, alors qu'on bloque l'artère principale conduisant au site. Des bateaux de la police patrouillent déjà l'East River et prennent position, un hélicoptère survole même les lieux. Au milieu du brouhaha, une détonation se fait entendre, les vitres de la façade du Palais de Verre volent en éclats, alors que la bombe explose, tuant plusieurs agents de police et employés de l'ONU dans le chaos de l'explosion. Une partie de l'édifice de 39 étages est maintenant en flamme et les autorités se retrouvent avec un double problème maintenant. Impossible pour le moment donc de donner un assaut rapide sur l'Assemblée, il va falloir se regrouper, évaluer ses pertes et gagner du temps. À l'évidence, les terroristes tiennent l'initiative. D'ailleurs, aucun moyen de rentrer en contact avec les agents de sécurité, ni à l'intérieur du Palais de Verre, ni dans l'Assemblée.


Spoiler:
 


Dernière édition par L'Ombre le Dim 4 Aoû - 9:47, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Tyler Archer


Messages : 177
Inscrit le : 18/08/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Lun 5 Nov - 16:51

Tyler se préparait depuis des mois à cette journée. Il ne fallait pas croire qu’organiser une journée pareille soit facile, non non non! Il faut beaucoup de préparation et beaucoup d’amis : des gens déçus par une organisation désuètes, des gens motivés à faire du mal parce qu’ils aiment ça, des gens aussi qui n’ont plus rien à perdre et qui se lance à corps perdu dans une cause, sans oublier ceux qui accepte l’argent comme sources de toutes les motivations. Avec ces « amis », Tyler était prêt à porter un grand coup et à faire en sorte que la journée du 29 octobre soit inoubliable, comme celle du 5 novembre, mais en version non ratée.

Pour une pareille occasion, Tyler avait fait un effort au niveau de la tenue. Il portait un veston-cravate, ce qui ne lui ressemblait guère, mais bon, il était le seul à connaître toutes les phases du plan, les autres ne savaient que ce qu’ils avaient à faire. Il comptait entre autre sur l’aide de Matthew, son bras droit, un ancien soldat comme lui, ainsi que sur Lena, une fille qui s’est montrée assez capable et qui a déjà participé à un attentat à ces côtés. Une belle blonde avec peu de scrupules, cela fait toujours beaucoup de ravage. Tyler avait pu entrer grâce à des complices. Il était dans une salle dont la fenêtre donnait sur la place de l’ONU, avec tous les drapeaux. En bas, il entendait les cris des gens qui paniquaient, les premiers coups de feu des anarchistes qui tiraient en l’air. C’était commencé et il en eut un sourire. Il jeta un œil à sa montre : 9h20… Il sortit donc son téléphone cellulaire et composa un numéro.

À cet instant, il vit une détonation qui l’ébloui un instant. Amusé, il se retourna vers deux de ces hommes derrière lui, aussi impressionné que lui.

-Vous avez vu ça? Hey bah, cette bombe n’était pas de la camelote…

Tyler observait avec un air satisfait les flammes qui brûlaient le Palais de Verre. Leur tour d’ivoire brûlait maintenant, c’était la première étape. Il voyait la débandade, le chaos en bas, les gens qui sortaient en hurlant, en appelant à l’aide et au travers, les policiers qui couraient dans tous les sens comme des pauvres poules pas de tête. Voilà qui leur gagnait du temps. Tyler ferma les stores de la fenêtre et monta à l’étage, pour se retrouver à la salle où normalement, les traducteurs se tiennent, avec une belle vue vitrée sur toute la grande salle de l’assemblée, désormais complètement vide, hormis quelques-uns de ces hommes qui y patrouillaient. On lui apporte un uzi, qu’il inspecte un peu, avant de voir apparaître sur les écrans de télévision au-dessus de lui ce que voient les caméras de sécurité. Le virus programmé par les anarchistes se montrait efficace. Merci Matthew! D’ailleurs, il s’assoit dans un fauteuil et attendait des nouvelles de ce dernier. Si toute la première phase est réglée, ils pourront passer à la prochaine étape.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lena I. Petrovski
We are the masters of the world
We are powerful and gorgeous


Messages : 666
Inscrit le : 09/05/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Mer 7 Nov - 18:48

Lena était là depuis un bon moment. Cependant, elle restait immobile, les yeux dans le vide, comme si elle allait se désintégrer d’une seconde à l’autre. Qu’est-ce qu’il lui avait pris de participer à cette opération ? Certes, c’était son boulot de faire croire à Tyler qu’elle était de son côté pour mieux pouvoir lui voler des informations mais, cette fois, elle avait l’impression que les choses dégénéraient. Ce n’était pas le premier attentat auquel elle participait en tant que « terroriste » mais celui-ci la peinait particulièrement. Pourquoi s’attaquer au siège de l’ONU ? Le symbole était fort mais peut-être trop justement. Non seulement ils ne s’en sortiraient jamais vivants mais, en plus, il y aurait beaucoup de morts. Lena déglutit difficilement forçant son corps à faire un pas en avant. Elle avait l’impression d’être lourde, très lourde. Elle ne parvenait plus à commander ses jambes tant le poids de la culpabilité la freinait. Elle se ressaisit : pour l’instant, elle se devait de rester dans son rôle de terroriste. Si elle voulait avoir une chance de désamorcer la situation par la suite, il fallait qu’elle tienne encore quelques heures.

Déguisée en agente de sécurité, elle fit quelques pas dans l’Assemblée. Après plusieurs clins d’œil échangés, l’opération fut lancée. Tout se passa très vite. Elle invita les personnes présentes à se confiner dans des salles de conférence adjacentes. Sans être trop violente. Intérieurement, elle espérait que toutes ces personnes ne soient pas blessées. Mais, bien sûr, pour cela, il fallait qu’elles se tiennent tranquille, ce qui était loin d’être gagné. Tandis qu’elle tirait un homme par le col pour l’entraîner dans une pièce exigüe, elle croisa le regard de Matthew. Celui-ci avait la même mission qu’elle. Tout comme d’autres terroristes qu’elle ne connaissait pas, ou peu. A ce rythme, tous les prisonniers furent facilement maîtrisés. Ils posèrent des mines devant l’entrée des bureaux pour les empêcher d’ouvrir les portes.

Quelques minutes plus tard, Lena entendit un bruit assourdissant : une bombe venait d’exploser. Elle se retint de crier pour éviter de montrer sa faiblesse, toutefois, tout cela ne l’enchantait pas le moins du monde. Une fois qu’elle eut terminé son travail, elle se rendit dans la grande salle de l’Assemblée, comme Tyler le lui avait demandé. C’était la salle où, quelques minutes plus tôt, des diplomates s’apprêtaient à faire un discours. Se retenant de montrer le moindre signe de compassion, elle se dirigea vers Tyler et acquiesça à sa remarque. Faire un compliment sur la qualité de cette bombe était au dessus de ses forces. « Qu’est-ce que tu veux qu’on fasse maintenant ? » Rester inactive lui faisait penser à ce qu’elle était entrain de faire et, pour accomplir sa mission, il fallait absolument qu’elle mette ses remords de côté. Autrement dit, elle avait besoin de bouger sinon elle allait devenir folle.


_________________

❝YOU ARE NEVER WHAT YOU SEEM❞
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Grace Stevens


Messages : 527
Inscrit le : 27/08/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Sam 10 Nov - 14:15

Tout en marchant à vive allure, zigzaguant entre les passants, Grace jeta un bref coup d'oeil à sa montre. 8h20. Déjà. Elle serait probablement en retard pour retrouver Laure, une amie qu'elle avait rencontrée à Paris. Celle-ci était de passage à New York et elles avaient convenu de se retrouver au siège de l'ONU, à 8h30 ce matin, pour visiter les lieux. Quand bien même elle était new-yorkaise, Grace avait dû se rendre une fois ou deux dans ce bâtiment, seulement. Et toujours avec l'école. Elle n'avait donc rien contre le fait de rejoindre la horde de touristes qui arpentait les locaux chaque jour, surtout si cela lui permettait de pouvoir discuter avec une amie qu'elle n'avait pas vu depuis deux bonnes années... Mais avant toute chose, il fallait qu'elle soit un minimum à l'heure. Elle pressa donc le pas et arriva au lieu de rendez-vous avec cinq petites minutes en plus par rapport à l'horaire convenu. Laure l'attendait déjà et, tout en discutant, elles rejoignirent la file de touristes qui attendaient de pouvoir rentrer dans le siège de l'ONU. Elle remarqua bien la présence de nombreux policiers ou agents de sécurité mais ne fut pas plus alarmée que cela par ce détail. Les explications pouvaient être nombreuses : d'un homme politique important en déplacement ici à une simple alerte bénigne. Ou peut-être que c'était tout simplement normal. Bref, elle avait autre chose à penser et, peu avant neuf heures, les deux jeunes femmes passèrent les portiques de sécurité du bâtiment de l'Assemblée. Elles achetèrent toutes deux un ticket d'entrée, prirent un plan destiné aux visiteurs et commencèrent à arpenter les couloirs, autant occupées à papoter qu'à regarder ce qui les entourait.

Elles étaient là depuis quinze minutes à peine quand cette visite prit une tournure inattendue. Une voix demanda à tout le monde, en Anglais, de garder son calme. Le ton était froid et ferme, au point que Grace ne fut que moyennement surprise quand elle vit l'agent de sécurité le plus proche d'elle avoir son arme au poing. Et ce n'était pas pour les défendre. A la vue de l'arme, la blonde pâlit mais, comme son amie commençait déjà à paniquer en débitant des paroles en Français, elle s'efforça de ne pas en faire de même pour la calmer un peu. Inutile d'attirer l'attention sur elles, surtout dans une situation pareille. Et ce n'était pas parce que Grace avait le don de fourrer son nez dans des affaires parfois louches qu'elle comptait jouer aux héros. Elle attrapa donc le bras de Laure puis lui dit qu'il fallait obéir : on ne savait pas de quoi ces types étaient capables. Elles marchèrent donc docilement jusqu'à une salle de conférence. Bien évidemment, on les informa, après les y avoir enfermés, qu'ils étaient otages. Quelles belles retrouvailles, vraiment ! Elle aurait sûrement dû proposer un restau. Comme tout le monde. Alors qu'elle pensait que la journée ne pourrait pas être pire, un bruit sourd résonna au loin, faisant sursauter tout le monde. Impossible toutefois de savoir exactement ce qu'il s'était passé, bien qu'elle misait fortement sur une bombe, non loin. Sûrement dans un bâtiment adjacent.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Gregory Farell


Messages : 36
Inscrit le : 23/09/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Dim 11 Nov - 9:23

9 heures tapantes. Les touristes commençaient à arriver et les employés bougeaient. Tout le monde se préparait, se mettait au travail. Et, parmi eux, il y avait moi. Je n'étais pas encore tout à fait habitué à travailler pour le but que je poursuivais en ce moment. Ni même à travailler pour quelqu'un.
Une interprète avec qui je parlais souvent et qui m'aidait à me repérer dans le complexe me dit bonjour. Je suis sorti de mes pensées, ai répondu et commencé à me diriger vers la salle principale de l'édifice de l'Assemblée générale.
Tout était calme pour le moment, hormis l'activité normale dans le bâtiment. Cependant, il y avait quand même quelque chose de bizarre. Des agents de sécurité en grand nombre. J'en avais jamais vu autant. Sachant ce que j'étais venu chercher, c'était plutôt naturel de voir la sécurité renforcée.

J'étais en train de m'installer comme à mon habitude pour commencer ma journée. J'ai jeté un œil sur ma montre. 9 heures 15. C'est à ce moment là que la situation a dégénérée. Les gardes ont sorti leurs armes, mais au lieu de les pointer sur les 'méchants', c'est nous qui étions visés. Tout le monde paniquait. Quant à moi, je gardais mon calme. A peu de choses près en tout cas.

La sécurité nous a réparti dans des salles de conférences adjacentes. Moi qui cherchait des terroristes, je pense pouvoir dire sans me tromper qu'ils étaient devant mes yeux.
A présent, celles et ceux qui avaient eu le malheur de se retrouver dans ce bâtiment étaient devenus des otages. Mais, c'est cinq minutes après le début de notre séquestration que je me suis dis qu'au fond, j'avais de la chance d'être là. Il y avait eu une secousse qui a fait trembler tout l'édifice. Sans aucun doute une bombe. Par contre, concernant l'endroit où elle avait explosée, je n'en savais rien. Mais c'était proche. Certainement un des deux autres bâtiments du complexe.
La journée venait de commencer, et c'était déjà un beau bazar...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Antony Williams


Messages : 49
Inscrit le : 24/08/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Lun 12 Nov - 16:25

A l'APO, personne ne risquait de manquer de travail, surtout en ces temps troublés par quelques terroristes qui s'amusent avec les sentiments des gens. C'est ainsi que Antony Williams fut envoyé au siège des Nation Unies afin de déterminer si les menaces étaient véridiques et de trouver qui pourraient être les possibles coupables. L'homme trouvait la situation très amusante. Lui, un terroriste devant trouver des indices sur de possibles taupes pour la sécurité du pays. Ne trouvez-vous pas la situation plutôt comique ?

L'américain analysait dans un premier temps avec amusement les comportements de chaque personnes. Il ne savait s'il se devait de faire son travail d'américain chevronné qui sert son pays ou bien le sien. Il savait pas encore ou partaient ces intérêts. Alors qu'il discutait avec un diplomate, une personne, qui d'après son uniforme appartenait à la sécurité vint vers la foule de gens présente et leur demanda gentiment de se regrouper dans les salles. Le seul hic de l'histoire, c'était qu'il tenait une armée légèrement pointée vers cette foule. Antony laissa afficher un léger sourire sur son visage, cela avait commencé.

Il rentra donc dans une des salles, n'ayant guère le choix, avec son interlocuteur et ils surent qu'ils étaient dorénavant des otages. La partie était commencé, qui jouerai le coup suivant ? Ce fut les méchants bonshommes en laissant exploser une bombe qui mit sérieusement la panique dans toute la salle. Seules quelques personnes réussissaient à garder leur sang-froid, ceux qui ont été entrainés à ce genre de situations.
La bombe explosant, Antony vit qu'il s'agissait d'un groupe sérieux et pas de deux personnes qui voulaient montrer leur mécontentement contre leur pays. C'était donc du sérieux plus que sérieux, et cela ne réjouit que plus l'homme. Mais la question était, que devait-il faire, ou plutôt qu'allait-il faire ? Il jeta un coup d'œil dans la salle, certaines personnes le connaissaient, de vue, ou bien il avait travaillé avec eux et il aimait sa petite situation connu que par très peu de personnes. Allait-il alors profiter de cette double personnalité ou bien n'en faire plus qu'une pour servir sa propre cause, car Antony Williams ne servait qu'une seule personne, lui.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité





MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Lun 12 Nov - 17:18

Cela faisait des semaines que le plan était prêt, n’attendant que le moment propice pour être lancé. Matthew avait été chargé de mettre en place les détails avec Tyler, et surtout une demande particulière de sa part. Un moyen d’obliger les télévisions du monde de diffuser les images de leur coup d’éclat. Ce ne fut pas simple, mais avec une aide providentiel d’un compagnon de jeu informaticien, Matt avait réussi son petit programme et l’avait testé sur des télévisions locales, et des diffusions internet. Le grand jour arriva très vite. L’ancien militaire était prêt, et avait vérifié les derniers éléments du plan d’action. Le timing était important. Infiltré parmi les policiers en charge de la sécurité, avec quelques hommes, l’anarchiste avait attendu le signal et l’heure prévue pour ordonner à ses subordonnées d’agir. Dans l’ombre, un peu en retrait, il agissait comme un chef d’orchestre pendant que Tyler à l’écart devait observer la scène avec avidité et plaisir. Les visiteurs, interprètes et diplomates furent enfermés à double tour, et retenu par des explosifs de proximité. Un homme tenta de s’interposer, mais il fut rapidement maîtrisé et menotté avant d’être jeté au milieu des autres. Pendant cette partie du plan, avec un large sourire rassurant et confiant, il avait salué Lena et reprit ses activités. A 9h20, par une fenêtre, Matthew vit l’explosion et assista au spectacle avec un petit sourire satisfait, et amusé. Tout dans la démesure ce cher Tyler. Cela ne passerait pas inaperçu, et à présent, c’était à son tour de jouer.

Prenant place dans une salle de conférence, il sortit son ordinateur portable et se connecta au système informatique du bâtiment. Son pare feu et ses protections aideraient l’anarchiste à empêcher l’arrêt de son petit programme pendant une plus longue période. Installé derrière l’écran, Matt pianota rapidement sur le clavier et cela démarra. Sur internet, et les télévisions nationales, les caméras de sécurité remplacèrent les émissions habituelles. L’ancien militaire avait infiltré plusieurs régis ces derniers mois pour disposer ces petits virus un peu partout. Se retournant vers la salle des interprètes, il fit un signe pour signaler à Tyler que tout était bon de son côté, et qu’on pouvait passer à la phase suivante du plan. Déjà installé dans la grande salle de l’assemblée, Matt sourit en voyant entré Lena et surtout à sa question. Une volonté de Tyler. Eux seuls connaissaient tous les détails du plan, pour plus de sécurité.


_ « T’inquiète pas Lena, ça va venir. » Se tournant vers Tyler, il confirma oralement à présent. « C’est bon de mon côté, on peut avancer à la phase suivante si c’est bon pour toi. »

Debout à quelques mètres de Lena, il ne savait pas si elle l’avait vu en entrant. Son regard était rivé vers le blond, et attendait son approbation. Les choses étaient lancées, et il était trop tard pour faire marche arrière à présent. Seul l’avenir leur dirait comment se déroulerait leur action. Au moins, l’attention était rivée sur eux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité





MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Jeu 15 Nov - 20:31

Isobel était à l'xtérieur du bâtiment, pour un dernier briefing. Elle était censée entrer dans le bâtiment des Nations Unies dans les minutes qui suivaient. C'était elle qui s'occupait de cette affaire. C'était du quitte ou double. En fonction de ce qu'elle ferait aujourd'hui, elle évoluerait dans son travail. La pression que ses supérieurs lui avaient infligé pesaient sur ses épaules depuis plusieurs jours, déjà, tandis que la mission se préparait de plus en plus, et que la date approchait. Les rumeurs de terrorisme au siège de l'ONU avaient couru au Bureau, et chaque nouvelle était attendue comme des jeunes filles attendent le concert de leur idole. Mais c'était à une toute autre échelle. Et les dommages ne seraient certainement pas les mêmes.

Assise sur un banc devant le siège, la jeune femme raccrochait avec son supérieur, voulant vérifier que tout était compris, et que la jeune femme était prête pour cette opération. Izzie le savait qu'elle ne le saurait que quand ce serait l'instant T. Et d'ailleurs, il arriva plus tôt que prévu. Aux alentours de 9h15, l'agente reçut un rapide appel de la part de l'hôtesse d'accueil, via un talkie. Et avant que l'Argentine ait le temps d'entendre tous les détails d'une prise d'otage, une bombe explosa au siège des Nations Unies. La jeune femme n'y croyait pas. Le feu brûlait au dessus du bâtiment, et la jeune femme ne savait pas quoi faire. Elle devait rapidement prendre des mesures pour les otages, ou alors elle décidait d'appeler les pompiers. La jeune femme était perplexe, et totalement perdue. Mais elle n'avait pas tellement le temps d'attendre.

Elle décrocha son téléphone, et appela les forces spéciales. Ils seraient là dans une vingtaine de minutes. En attendant, elle passa un deuxième coup de fil pour les pompiers. Ils seraient là à peu près en même temps. Dès qu'elle eut raccroché, elle reçut un appel. Son supérieur voulait avoir un état des lieux. Mais même si elle avait l'estomac noué, la brune essaya de garder son calme, tandis qu'elle expliquait ce qui se passait sur les lieux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Stas M. Sokolov


Messages : 2139
Inscrit le : 22/02/2011




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Dim 18 Nov - 12:08

Stas était arrivé à New York la veille avec sa collègue Elena, sur ordre du SVR. La mission qu'on lui avait donnée promettait d'être particulièrement angoissante : un risque d'attentat contre l'ONU. Le genre de choses pour lesquelles il n'était pas trop préparé, mais c'était la véritable folie au SVR. Les suspects appartenaient au même groupe anarchiste qui avait été démantelé à Moscou, et qui s'apprêtait à commettre un attentat contre le président Poutine. Leur arrestation avait permis d'éviter la tentative d'assassinat, mais hélas, tout le monde n'avait pas été pris. Et à présent, c'était sans doute l'ONU qui était visée. Voilà pourquoi on l'avait amené en renfort. Lui et Elena devaient donc soutenir les forces américaines en cas d'attaque.
Quand il apprit qu'une prise d'otages avait eu lieu dans les locaux de l'ONU, Stas comprit que c'était à eux d'entrer en action. Ils devaient collaborer avec les différentes forces d'intervention pour mettre fin à cette tentative. Stas désirait véritablement que tout se finisse pour le mieux, sans victimes, y compris du côté des terroristes. Hélas, il savait que c'était utopique, il valait mieux que ces personnes meurent pour ne plus commettre leurs méfaits. Et puis, la priorité était de suivre la démarche que le SVR leur avait donné. Il arriva donc sur les lieux et se présenta avec Elena. Ils eurent tous les deux le droit de pénétrer dans le périmètre, même s'il sentait bien qu'ils n'étaient pas les bienvenus. On les tolérait surtout parce que, étant membres du SVR, ils avaient des informations sur le groupe terroriste qui opérait au sein de l'ONU. Leur coopération pouvait donc être utile. Autour de lui, tout n'était qu'effervescence. Les autorités mettaient en place tout le dispositif nécessaire pour traiter une prise d'otage, et c'était la première fois que Stas voyait cela de l'intérieur. En général, les prises d'otages n'étaient pas son fort, même si il avait pu participer à certaines missions diplomatiques.
Il se tourna vers Elena, lui parlant en russe pour ne pas être compris des Américains :
    « Il va falloir entamer les négociations. Sinon, la situation risque de nous échapper. »
Quelle négociation, elle le comprenait parfaitement. Le SVR avait bien l'intention de participer pleinement au processus de libération. Ce groupe anarchiste était à eux, après tout.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Elena Sadovski


Messages : 685
Inscrit le : 16/10/2011




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Dim 18 Nov - 16:28

Arrivés la veille au soir à New-York, Stas et moi n'étions pas dans la grande ville américaine pour faire du tourisme et des achats. Non, il y avait une crise qui se préparait et il faudrait être sur les lieux. En fait, ce n'était pas tant les Américains que le SVR voulait protéger, c'était plutôt les intérêts russes et se débarrasser une fois pour toute de l'anarchiste qui avait voulu s'en prendre au Président Poutine. Et les ordres étaient les ordres.
Arrivant sur le site de l'ONU, nous pûmes rapidement constater les dégâts causés par l'explosion et entendîmes parler d'une prise d'otage. Le seul moyen de régler cette histoire serait de réussir à éliminer la tête de l'organisation. En tuant l'homme qui avait tout planifié, le groupe se retrouverait sans plan, sans ordres et c'est à ce moment qu'il serait possible de tous les coincés. Autrement, les otages risqueraient d'en souffrir.
« Il va falloir entamer les négociations. Sinon, la situation risque de nous échapper. » J'étais tout à fait d'accord avec l'homme. Tout bougeait autour de nous, c'était cet état de folie dans laquelle tout le monde est plongée lorsque les choses ne vont pas comme ils l'espéraient. J'étais calme, pourtant. D'un calme glacial, un calme typiquement russe. Même si le siège de l'ONU venait de se faire attaquer, ce n'était ni mon pays, ni mes concitoyens.
Cherchant des yeux qui pourraient nous mettre en contact avec l'intérieur du bâtiment, je repérai une jeune femme qui semblait répondre au nom de Matthews. Elle m'avait l'air plus que débordée, nous pourrions alors l'alléger d'un fardeau, celui de discuter avec les terroristes, pendant qu'elle s'occupait du reste et des secours. M'approchant alors d'elle, je me présentai rapidement, sans détour. « Sadovski, SVR. Nous avons des informations sur ce groupe terroriste. Avez-vous une ligne pour les rejoindre ? » Bien évidemment, la SWAT team arriverait certainement assez tôt sur les lieux, mais cela ne changerait rien au fait que c'était nous, les Russes, qui avions des informations sur le groupe.

_________________
elena

étonnant comme parfois on prend des résolutions , on dit que tout sera ainsi dorénavant, et il suffit d'un mouvement infime des lèvres pour casser l'assurance d'une certitude qui paraissait éternelle © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité





MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Lun 19 Nov - 9:34

Cela faisait à présent près de trois jours déjà qu'il passait ses journées à l'antenne locale du FBI à traquer toutes les informations possibles et inimaginables sur un groupuscule terroriste répondant au nom de Project Mayhem. Son taux de caféine frôlait l'overdose mais il préférait être aux commandes que de laisser les soit-disants experts en informatique du FBI et de la NSA fouiner en vain. En trois jours, lui avait réussit à lui seul à collecter plus d'infos qu'eux en presque deux mois. Parfois Wesley se disait que comme Sheldon Cooper, les gens stupides le faisait pleurer. Mais bon, n'épiloguons pas sur le sujet pour autant. On lui avait ordonné de venir, alors il était venu. Tant qu'il faisait un boulot de "geek" et qu'on ne l'envoyait pas sur le terrain, ça lui convenait très bien. Pas qu'il ne sache pas se défendre mais il était plus utile derrière un ordinateur qu'avec un flingue en main, voilà tout. Il était donc dans le bâtiment abritant le siège du FBI à New York depuis environ six-heures trente, réveillant au passage le gardien qui c'était assoupit. De quoi se sentir en totale sécurité pas vrai ?
Il était maintenant plus de neuf heures et il prenait un moment pour boire un énième café quand il entendit un bruit sourd et à peine quelques secondes plus tard, sa poche vibrait. Son portable sonnait et il fit une moue surprise en voyant l'identité de son interlocuteur. « Abernathy. » dit-il simplement. Son patron fut direct et précis. Et Wes comprit que le bruit sourd qu'il venait d'entendre provenait de là-bas. Le siège de l'ONU venait de subir un attentat terroriste et immédiatement, notre geek fit la connexion dans sa tête. « J'y vais tout de suite patron. » dit-il avant de raccrocher et de prendre sa veste au vol avec sa besace, ne prenant même pas la peine de s'excuser de partir aussi soudainement. Il balança un vague "urgence prioritaire" et quitta le bâtiment le plus vite possible pour rejoindre son véhicule et se rendre au siège de l'ONU. Arrivant à proximité, il dut montrer son badge du SIS pour qu'on le laisse passer au-delà des barrages déjà mis en place autour du building et passa un autre point de contrôle avant d'enfin arriver dans le building lui-même. Il demanda alors à ce qu'on l'amène immédiatement à leur centre informatique, sortant de sa besace son oreillette et composant le numéro que son patron lui avait donné, celui de l'agent Matthews. « Agent Matthews ? Pas de temps pour les présentations hélas mais je suis là pour vous aider. Quelle est votre situation pour l'instant ? » Tandis qu'il entrait dans l'ascenseur, il pianotait déjà sur sa tablette, pas une seconde à perdre. On attendait de lui l'impossible et Wesley aimait les défis.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

L'Ombre


Messages : 71
Inscrit le : 29/06/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Lun 19 Nov - 16:12

Le siège de l'ONU était plongé en plein chaos. Aucun doute, les désirs des Anarchistes se réalisaient, dans un sens, mais ils ne devaient pas crier victoire trop vite. Depuis le local des traducteurs, Tyler gérait le plan, qui jusqu'ici, se passait comme prévu. Une bombe avait explosé, les otages étaient sécurisés et l'édifice de l'Assemblée était sous le contrôle des terroristes. Ceux-ci se demandaient maintenant qu'elle serait la suite, comme Lena, mais Matthew, qui avait programmé le virus qui se répandait maintenant dans les sites de l'ONU le savait très bien. D'ailleurs, ce dernier annonce qu'il était prêt et qu'ils pouvaient passer à la prochaine phase du plan et comme toujours, c'est Tyler qui allait prendre le "lead", la direction, le leadership des opérations. Du côté des terroristes, tout était sous contrôle, le moral était bon, pour l'instant du moins.

Il n'en allait pas de même pour les otages en revanche. Coincé dans quelques salles de conférence, on pouvait faire un premier chiffre d'une centaine, plus une vingtaine d'agents de sécurité sans doute mis hors d'état eux aussi. En fait, on ne sait pas quel est leur sort exactement. Grace, Gregory et Antony étaient tous dans la même salle. Pour l'instant, ils se tenaient tranquilles et c'est sans aucun doute ce qu'on attendait d'eux. Reste à voir s'ils resteront dociles, car il n'y a pas de terroristes dans la pièce, seulement une porte close, sûrement verrouillée, mais une porte, ça se défonce, non? Les plus intelligents se diront qu'il doit bien y avoir une raison pour qu'il n'y ait aucun garde dans la pièce. D'autres disaient avoir entendu quelque chose s'armer derrière la porte. Pourtant, un diplomate américain dit qu'il ne faut pas rester passif, se lève et se dirige vers la porte, avec l'intention sans doute de l'ouvrir, à moins que quelqu'un ne l'en empêche et le raisonne.

Dehors, le FBI, incarnée et dirigée sur place par l'agente Matthews, tente de faire face à cette situation. Elle peut d'ailleurs compter sur l'aide de diverses agences de renseignement du monde, dont le SVR et le SIS. Les forces spéciales ne seront pas là d'ici vingt minutes, mais bien plus tôt, puisqu'elles étaient déjà prêtes à une telle intervention. Cependant, ils ont beau être là en cinq minutes, reste que ce n'est pas à eux de décider de leur usage. Lancer un assaut sur l'Assemblée générale n'est peut-être pas la meilleure solution, pour le moment, mais peut-on vraiment espérer négocier avec des anarcho-terroristes? Et on connait la politique américaine à l'égard des terroristes... Les pompiers et les ambulances étaient en chemin, on entendait déjà les sirènes. D'ailleurs, le chef de police contacte l'agente Matthews, c'était le commissaire du NYPD.


-Bonjour, à qui est-ce que je parle? C'est vous qui êtes en charge de ce merdier?

Il attendit des réponses, puis expliqua:

-Moi et mes bleus, on arrive en renfort et on va se charger de sécuriser le périmètre. Par contre, je n'enverrai pas mes gars à l'intérieur du périmètre, tant et aussi longtemps qu'on n'aura pas la certitude qu'il n'y a plus d'autres bombes. Et pas question que des ambulances et des pompiers y mettent les pieds non plus. Réfléchissez, c'est peut-être ce qu'ils attendent, pour déclencher une deuxième bombe et tuer encore plus de gens. On n'a pas besoin d'un nouveau 9/11. Alors si le FBI veut jouer au cowboy, très bien, mais ce sera sans le NYPD.

Décidément, ce n'était pas aujourd'hui que les conflits administratifs entre le FBI et les forces de police locales se règleront... C'est ainsi que pour l'instant, les pompiers et les ambulances étaient coincés à l'extérieur du périmètre, le NYPD les empêchant de passer, ordre du commissaire. Puis, le supérieur de Matthews on l'appellera le directeur, arrive sur place et débarquait de son gros quatre-quatre noir, tandis que les forces spéciales se déployaient et que des hélicoptères tournoyaient autour du site.

-Agente Matthews, directeur Fenley. Grosse journée en perspective... La priorité du FBI, c'est le sort des otages et des civils. On veut éviter un bain de sang, mais on veut aussi que la menace terroriste soit éliminée. Alors faite le nécessaire et n'hésitez pas à nous demander quoique ce soit. N'hésitez pas non plus à utiliser les ressources de nos alliés des agences de renseignement. Ils ont peut-être des moyens et des ressources que le FBI n'a pas.

Il jeta aux regards aux agents étrangers qui étaient déjà aux côtés de Matthews, dont Stas et Elena. Le Russe proposait d'entamer des négociations. Elena quant à elle demandait une sorte d'état des lieux plus précis à son tour. Ce sera sans doute à Isobel de l'éclairer. Un agent du FBI s'empressa alors d'emmener une première bonne nouvelle: le secrétaire général est en mission en Europe, il est donc hors de danger. L'agent emmène aussi une femme, une certaine Lea Dugard, une fonctionnaire importante de l'ONU qu'on vient de sortir du palais de verre et qui veut manifestement aider. Elle vient serrer la main de l'agente du FBI et se présente, puis se tourne vers Elena.

-Je peux peut-être, si vous le permettez, répondre à cette question. Il y a la ligne du bureau de la sécurité. C'est une ligne centrale, qui, si le bureau ne répond pas directement, sonnera en plus à divers postes. Quelqu'un répondra forcément.

Décidément, le téléphone sonnait beaucoup et voilà qu'Isobel se retrouvait au téléphone avec un autre homme voulant l'aider. En voilà une qui serait sans doute occupé. Ce n'était pas le moment de craquer sous la pression. Sinon, quelqu'un devra prendre le relais.

HJ: Petit rappel ici des PNJ auprès de qui vous pouvez intervenir:

-Le diplomate américain dans la salle de conférence, avec les otages. Il a l'intention d'ouvrir la porte pour aller à la rencontre des terroristes... ou sortir.

-Le commissaire du NYPD

-Le directeur du FBI, monsieur Finley

-La fonctionnaire de l'ONU, Lea Dugard
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Tyler Archer


Messages : 177
Inscrit le : 18/08/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Mar 20 Nov - 3:18

Tyler était en train de réaliser une de ses grandes ambitions. Jusqu'ici, tout se passait bien, mais il savait qu'il ne fallait surtout pas sous-estimer la force de l'ennemi qu'il allait affronter, lui et son groupe. Les Américains étaient attaqué à New-York, ils ne laisseront pas tomber le morceau aussi facilement. Sauf que cela, le terroriste l'a bien prévu et lui non plus, il n'est pas une force à sous-estimer. Ceux en bas qui voit le palais de verre brûler doivent s'en douter.

Depuis la pièce où les traducteurs peuvent normalement faire leur travail, pièce qui surplombe l'assemblée en contrebas, Tyler dirigeait tout et regardait à la télévision ce qui passait à l'intérieur et à l'extérieur de l'édifice. Lena fut la première à entrer, suivit de Matthew, toujours aussi efficace ces deux-là. Tyler se lève et jouait avec une balle antistress qui avait été oublié sur un bureau.

-Très bien alors, ne perdons pas de temps. Lena, quand j'aurai finit mon petit discours à la tribune de l'assemblée, je veux que tu ailles dans les salles de conférence. Trouves parmi les otages ceux que tu crois être des agents de sécurité, des espions, des soldats, tout ceux qui ne sont pas de simples fonctionnaires, tu vois? Et tu me les mets dans une autre pièce. Une fois que ce sera fait, reviens me voir.

Puis, à Matthew:

-Matt', toi, tu t'occupes de gérer nos gars, histoire qu'ils fassent pas de conneries et tu gardes un oeil sur la police et tout. Ça doit être la pagaille dehors, mais ils vont se ressaisir, tu le sais. S'ils sont sur le point de lancer un assaut selon toi, tu me préviens et on exécutera le plan de sortie.

Que Matthew est un des rares à connaître. Ce plan implique, entre autre, de faire sauter les salles de conférence et de quitter l'Assemblée. Le téléphone se met à sonner dans la pièce et Tyler lance la balle antistress vers la fenêtre.

-Enfin! C'est pas trop tôt! Laissez, je m'en occupe.


Tyler se racle un peu la gorge avant de prendre le téléphone:

-Oui allo? L'Assemblée est occupée pour le moment, est-ce que je peux prendre le message? Oh attendez, vous êtes de la CIA? Du FBI? Parfait, on va pouvoir jaser un peu tous les deux. Votre patron va sûrement vous demander un "état des lieux", alors laissez moi vous aider. On tient une centaine d'otages en tout et on a hacké le système de sécurité de l'ONU, donc, on voit ce que leurs caméras voient et dites donc, c'est pas l'air très beau dehors... À part ça, on a pas tué personne ici, encore, mais ça pourrait changer. Uno, si vous essayez de contrer le virus et le hacking qu'on a mis en place, on le saura et on tuera des otages jusqu'à ce que vous arrêtiez. Deuxio, si vous préparez un vilain coup du genre "assaut sur l'assemblée", les otages meurent. Capish? Maintenant, si tout se passe bien, on libérera les otages et il n'y aura pas d'autres feux d'artifice. Croyez-moi, je suis un homme de parole et je m'appelle Tyler Archer. Googlelez moi... Ce qu'on veut? C'est simple ça aussi. Un: Le secrétaire général devra lire le discours qu'on lui enverra, à la télé, sur toutes les chaînes. Dans ce discours, il devra reconnaître que l'ONU a été complice de génocide, complice de capitalisme sauvage et qu'elle a servi des intérêts particuliers et trahi toutes les raisons de son existence. Deux, on veut que vous envoyez, on vous expliquera plus en détail ou et comment, toutes les archives de l'ONU, y compris celles top secret. C'est bon, vous aviez bien noté? Vous avez une jolie voix en passant, mademoiselle?

Il attend de voir si la fille lui dit son nom au juste.

-Bien, maintenant, je dois vous laisser, j'ai un discours à faire à l'ONU. Je vous conseille de ne pas le manquer, ce sera sur toutes les chaînes! Au revoir.

Tyler raccroche et prend l'escalier qui conduit en bas, dans la célèbre grande salle. Il avait sorti d'un sac qui traînait sur un bureau une cannette de peinture, qu'il utilise pour peinturer le fameux "A" anarchiste sur la plaque derrière la tribune. Après quoi, il se place et attend que ces hommes, qui contrôlent les caméras, lui fassent signe que c'est bon. Tyler commence alors à discourir. Discours qui se retrouvaient diffuser sur plusieurs grandes chaînes, mais aussi, sur les télévisions un peu partout qui se trouve dans le siège de l'ONU, y compris, et surtout, celle dans les salles de conférence.

-Bonjour à tous. Je me présente, Tyler Archer. Je suis comme vous, ou en tout cas, je l'étais... Aujourd'hui encore, j'ai décidé de passer à l'acte. La dernière fois que je vous ai parlé, je vous avais dit que ce premier coup de tonnerre n'était que le début de l'orage qui changerait le monde. Nous franchissons maintenant, une nouvelle étape. Je suis dans l'enceinte sacrée de l'ONU. Une institution qui devait garantir la paix dans le monde, réduire la pauvreté et nous assurer à tous un avenir meilleur. Hey bien ce rêve, cette vision, elle est à l'image du palais de verre dehors: brisé, en flamme, bien loin d'incarner ce qu'on croyait. Pensez-y deux secondes. Où en est le monde depuis l'ONU? Est-ce que le monde est plus pacifique? En soixante ans, il y a plus de génocide et de guerre haineuse qu'il n'y en avait eu en un siècle. Des génocides que l'ONU a laissé faire. La pauvreté? Oui, ils ont nourri des gens comme on nourrissait la plèbe de Rome, avec des jeux et du pain, mais a-t-on appris aux pauvres à pêcher? Leur a-t-on donné les moyens de s'extirper de leur état de pauvreté? Non, surtout pas, on les laisse dans l'état qu'ils sont, ils sont plus serviables ainsi, ils servent mieux les intérêts du système. Car oui, c'est de ça dont il est question mesdames et messieurs.

Après la Seconde Guerre, les géants ont mis en place un système afin de contrôler le monde à leur guise, qu'ils se façonnent selon leur souhait. Ils ont écrit dans leur charte de bien grands mots, comme liberté et égalité. On sait tous aujourd'hui que c'est de la foutaise. Ce système nous a asservi. Il a fait de nous des consommateurs qui vivent pour la sortis de la prochaine collection de vêtements, pour le prochain film. On a fait de nous des carriéristes arriérés, qui ne nous préoccupons plus de rien. Pendant ce temps, la planète se meurent sous nos yeux et on nous ment, constamment. Récemment, les failles du système se sont faites de plus en plus évidente. Les gens se révoltent et l'État a réagi. Il a écrasé ses révoltes quand il a pu. Sinon, il a trouvé un moyen de soumettre les gens. L'ONU, c'est un rouage essentiel de ce système. Il était grand temps que quelqu'un fasse en sorte qu'ils aient des comptes à rendre.

Je sais... on vous montre sûrement déjà en boucle les images du Palais de Verre qui explose. On filmera sans doute les blessés, les morts aussi. Si les autorités américaines font ce qu'elles ont à faire, il n'y aura pas plus de morts aujourd'hui. Sinon, nous n'hésiterons pas. Nous sommes décidés, nous sommes légion, rien ne nous arrêtera. Aujourd'hui, c'est l'ONU, bientôt, c'est le système en entier que nous menacerons. Nous n'avons qu'un seul but: libérer l'Humanité, vous défaire de vos chaînes. Si vous voyez ce que je vois, si vous vous sentez comme je me sens et si comme moi, vous aspirez à davantage, alors je vous encourage à vous levez, à vous révolter et ensemble, nous les ferons tous trembler.


Voilà, c'était terminé. Un petit discours à la nation... Ça valait bien la peine de mettre un costard! Tyler descend de la tribune et retourne à l'étage des traducteurs, son espèce de quartier général.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lena I. Petrovski
We are the masters of the world
We are powerful and gorgeous


Messages : 666
Inscrit le : 09/05/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Dim 25 Nov - 19:32

Lena avait suivi les ordres de Tyler et se retrouvait maintenant dans l’Assemblée générale attendant ses nouvelles directives. S’étant crue seule avec lui, elle sursauta presque lorsqu’elle entendit la voix de Matthew. Au vu de sa réponse, il était clair qu’il en savait beaucoup plus qu’elle. Il est vrai qu’elle ne travaillait pas pour eux depuis très longtemps mais, en l’occurrence, elle avait l’impression d’être une petite stagiaire innocente à qui l’on ne disait rien. Et, puisqu’elle était la fille du sous-directeur du SVR, elle n’était pas habituée à ce genre de traitement. Elle avait la désagréable impression qu’elle ne parviendrait jamais à obtenir sa confiance. Serrant les dents, elle fit comme si de rien n’était et joua au bon petit soldat. Elle écouta attentivement les ordres de Tyler et acquiesça. Au moins, en entendant son discours, elle aurait une petite idée de ce qu’il manigançait.
Elle n’était pas au bout de ses surprises.

Plus il parlait, plus la blonde était stupéfaite. L’ONU a commis des génocides ? Qui pourrait croire un truc pareil ? Certes, il y avait partout dans le monde certains adeptes du complot mais les gens n’étaient pas stupide. Une faction terroriste – ou anarchiste peu importe – attaquait l’ONU et, comme par magie, le secrétaire général faisait un discours où il avouait des mensonges. Le fait qu’ils puissent croire que leur plan allait marcher la dépassait. A ces yeux, Tyler était un fou furieux qu’il aurait mieux valu mettre dans un asile. Quant à Matthew, elle n’en était pas sûre pour l’instant. Elle lui lança un regard et lui sourit faiblement. Elle n’avait jamais été démonstrative mais, jusqu’à présent, elle l’appréciait assez. Disons que c’était sans doute la personne la plus normale de toute cette bande de joyeux psychopathes.

A la fin de ce « discours », Lena resta immobile. Sans doute jugeraient-ils que c’était parce qu’elle était soulevée par ces mots mais, en fait, pas du tout. Elle était de plus en plus horrifiée. Tout cela était un cauchemar dont elle allait bientôt se réveiller. Ravie d’avoir une raison pour quitter cette pièce, la demoiselle ne se fit pas prier. Professionnelle, elle plaça une sorte de cagoule qui ne laissait apparaître que ses yeux et se dirigea vers les salles de conférence. Regrouper les espions ensemble ? Il était drôle. Comme s’il faisait marqué « CIA » sur leur front… A contrecœur, elle ouvrit une première porte et repéra plusieurs personnes qui ne semblaient pas apeurées. Étant donné que Lena était filmée, mieux valait qu’elle se plie à ses exigences. Elle les bouscula et leur demanda avec force d’aller dans une autre salle. Dans cette dernière, elle mettrait les agents de sécurité, les espions et les soldats. Un peu comme Hitler avait mis les juifs dans les chambres à gaz. Parce que, oui, elle était persuadée que Tyler allait faire exploser cette pièce pour ne plus avoir d’obstacles dans les pattes. Qui sait, il la sacrifierait peut-être même.

Echafaudant un contre-plan dans sa tête, elle se promit d’aider le premier agent qu’elle reconnaîtrait et en qui elle aurait confiance. Certes, elle mettrait sans doute sa couverture en péril mais, cette fois, les choses allaient vraiment trop loin pensa-t-elle tout en continuant son inspection et en se rapprochant de la salle où Grace, Gregory et Antony se trouvaient. Après une nouvelle hésitation, elle ouvrit la porte après avoir désenclenché la mine qui servait de protection. Prenant son travail à coeur, elle inspecta la pièce des yeux et repéra rapidement trois personnes qui lui semblaient louches. Enfin, même quatre si l'on comptait le soldat qui la fusillait du regard. Ni une ni deux, elle héla Grace, Gregory, Anthony et le soldat. « Vous quatre, approchez doucement, on va aller dans une autre pièce » leur dit-elle pendant qu'ils se levaient. Puisqu'ils ne lui inspiraient rien de bon, elle les menaça d'une arme pour se faire obéir et les regarda passer. La blonde du groupe ne semblait pas être une agente mais sait-on jamais ... Voyant que les hommes étaient récalcitrants, elle posa le canon de son arme dans le dos de Grace. « Si vous obéissez, il ne vous arrivera rien. Sinon, la fille y passe » dit-il du ton le plus froid qu'elle pouvait tout en les amenant dans la pièce déjà remplie d'autres personnes. Elle ne plaisantait pas. Ou, du moins, elle était à fond dans son rôle de femme qui ne plaisantait pas. En même temps, elle n'avait pas le choix puisque deux hommes de Tyler lui servait d'escorte.

Spoiler:
 

_________________

❝YOU ARE NEVER WHAT YOU SEEM❞
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Grace Stevens


Messages : 527
Inscrit le : 27/08/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Dim 25 Nov - 22:54

Depuis combien de temps étaient-ils tous enfermés ici ? Cinq minutes ? Dix ? Grace n'aurait pas misé sur plus, objectivement, mais elle avait l'impression que cela faisait des heures. Et, surtout, elle commençait de plus en plus à croire à ce que disait Laure, complètement paniquée, à savoir qu'elles allaient crever ici. Il fallait dire qu'être pris en otage les avait fait devenir des sortes de fusibles humains : en cas de problème, ils seraient les premiers à sauter. Et, l'Américaine en avait vu des films, suffisamment pour savoir que les autorités ne cèderaient pas aux exigences d'une organisation terroriste. Tout le monde dut faire ce raisonnement et, si certains angoissèrent encore plus, d'autres commencèrent visiblement à réfléchir à une issue de secours. Ils étaient, après tout, parfaitement seuls dans cette pièce : aucun garde n'était là pour les menacer de son arme et les empêcher de communiquer entre eux. Seulement, cela ne signifiait pas qu'ils n'étaient pas surveillés pour la détective qui commença à chercher des yeux une caméra éventuelle. Elle fut bien vite détournée de cette occupation quand un homme en costard se leva, affirmant en Américain qu'il ne comptait pas attendre gentiment ici, qu'il fallait agir et tout un tas de conneries du genre avant de s'avancer vers la porte. Le sang de Grace ne fit qu'un tour : il voulait tous les tuer, ou quoi ? Bien décidée à ne pas laisser ce type les sacrifier, elle et les autres, pour ses conneries, elle se leva à son tour pour lui barrer le passage et lui lancer :

« A quoi vous jouez ? Au mieux, vous vous ferez abattre avant d'avoir passé cette porte. Au pire... »

Elle fut interrompue par les écrans de télévision présents dans la salle qui s'allumèrent, pour laisser apparaître un type. Et, vu le A qui était présent sur le pupitre, ce n'était pas leur sauveur. La blonde grimaça légèrement, écoutant son appel à la Révolution. Bon sang, il était encore plus fou que l'homme en costard et elle espérait sincèrement que personne ne gobe son tissu de mensonges. Seulement, il suffisait d'un faible pourcentage, qui rejoindrait son mouvement et... Elle préférait ne pas y penser. Après de nombreuses inepties, le terroriste se tut enfin, laissant un silence de mort régner sur la pièce, semblait-il. Encore sous le choc, Grace mit quelques temps à reprendre ses esprits, pour entendre l'homme en costard qui affirmait qu'ils devaient vraiment sortir d'ici. Elle n'eut rien le temps de lui répliquer que la porte s'ouvrait, dévoilant une blonde et deux armoires à glace, tous masqués et, surtout, tous armés. La femme dirigeait visiblement les opérations et ordonna à la détective et trois autres hommes d'approcher. Hors de question de parlementer, Grace s'exécuta, la gorge nouée, les jambes tremblantes. La femme les emmena à l'extérieur et à ce moment-là seulement, l'Américaine pensa qu'elle avait laissé Laure seule dans cette pièce : elle faisait une bien piètre amie. Cette pensée fut chasser de son esprit toutefois quand la blonde pointa le canon de son arme contre son dos, pour lancer avec un accent russe, visiblement, aux hommes qui les accompagnaient d'obéir. Sinon, la fille y passait. Et la fille, c'était Grace. Étrangement, elle mit une bonne seconde à faire ce lien et quand elle le fit, elle dut se mordre durement l'intérieur de la joue pour ne pas tout bonnement fondre en sanglots. Inutile aussi de proférer tout un tas d'insultes aux terroristes, elle n'était pas suicidaire. Elle fixa donc les hommes en question, espérant qu'ils ne jouent pas aux malins. Puis, comme pour s'en assurer, elle lança un simple :

« S'il-vous-plaît, faites ce qu'elle dit. »

Le parfait cliché de l'otage, en somme.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Gregory Farell


Messages : 36
Inscrit le : 23/09/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Mer 28 Nov - 12:49

Enfermé dans une pièce, comme un vulgaire animal. Une de mes activités préférées ! Malgré mes nombreux mouvements pour ne pas rester sans rien faire, j'essayais de conserver une certaine discrétion. D'ailleurs, ce n'était pas le cas de tout le monde. Un type en costard, du genre diplomate ou je ne sais quel politicien qu'on trouve généralement à l'ONU, a décidé de prendre l'air. Une petite idée qui lui est venue comme ça, sur un coup de tête.
Alors que je commençais à me lever pour arrêter ce pauvre type ignorant, une femme s'en est chargée pour moi. J'ai apprécié l'intervention bien qu'à mon goût, cette femme n'était pas très inspirée.
L'inspiration, oui. Le terroriste qui a pris la parole à la télé au moment où on avait enfin de quoi s'occuper en avait lui, de l'inspiration. Et même un sacré paquet. Il nous a sorti un joli discours pour dire, en résumé, que faire péter des bombes à l'ONU, c'est cool.

Alors que je me remettais de ce discours pour le moins... intrigant, la fête a continué. Trois personnes sont entrées dans la salle. Comme par hasard, la Russe qui menait ses gorilles m'a demandé de la suivre. Mais bon, au moins, j'étais pas tout seul dans ce cas. Il y avait un soldat, la fille qui avait empêchée la mort du diplomate, un type que je n'avais même pas remarqué, et moi.

En bonne terroriste qui se respecte, notre geôlière a jouer son rôle en menaçant de tuer quelqu'un si on ne la suivait pas. Notre héroïne a pris la direction du petit groupe d'otages qu'on formait avec un petit 'faites ce qu'elle dit'. J'ai rien dit sur le moment, mais j'ai eu un coup de stress et des paroles que j'allais sans doute regretter sont sorties toutes seules de ma bouche :

" Bah alors, qu'est-ce qu'on attend pour y aller ? "

Quand je me suis rendu compte de ce que je venais de dire, j'ai eu un petit sourire assez gêné. Honnêtement, comme pour beaucoup de personnes dans ce genre de situation (peut-être pas totalement identique non plus, mais je me comprends), je ne savais vraiment pas où me mettre.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Antony Williams


Messages : 49
Inscrit le : 24/08/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Jeu 29 Nov - 23:47

Le profiler examinait chaque personne qui se trouvait dans la pièce, il y avait très peu de personnes comme lui, d'agent, mais il n'eut pas le temps de poursuivre sa pensée que la télévision s'alluma afin d'y afficher une personne qui se présenta comme le cerveau de l'opération. Antony l'écouta attentivement. La cause qu'apparemment défendait ce Tyler n'était pas vraiment la sienne, il trouvait son discours quelque peu étrange. Il se plaint que l'ONU ait laissé faire certaines guerres dans le monde, et veut en déclencher une lui-même. Et bien voilà une attaque que l'ONU tentera d'éviter, il devrait être content alors.
Mais le sujet n'est pas du tout ici, il en est même bien loin. A la fin de ce charmant discours ampli de mélodies et de sucreries, Antony décrocha un fin sourire, mais à peine eut-il le temps de penser à quelque chose que un monsieur avait décidé de sortir. Étant un homme curieux, l'homme trouva intéressant de savoir ce qu'il se passerait si cet excité ouvrait la porte. Il le regarda donc attentivement sans effectuer le moindre geste. Malheureusement pour notre homme et pas pour l'autre, une bonne femme l'arrêta avant sa fatale erreur. Monsieur Williams soupira doucement, une distraction de raté pensa-t-il.
Mais il pensa trop vote, car la porte s'ouvrit sur ce qui semblait être une femme de part ses formes et sa voix, entourait d'espèces de deux gardes du corps. Elle désigna quatre personnes et leur dit de sortir afin d'aller dans une autre pièces. Parmi ces quatre personnes, Antony. Enfin un peu d'action. Évidemment, les hommes ne bougèrent pas. La femme braqua alors son arme sur la seule femme du groupe des quatre et la menaça de la tuer s'ils n'obéissaient pas. La pauvre innocente victime était apeurée, il faut dire qu'il y avait de quoi, mais cela ne fit broncher aucunement notre personnage, totalement impassible à ce genre situations. Son voisin, un membre de l'APO lui aussi proposa d'y aller. C'est alors qu'Antony ouvrit enfin la bouche, qu'allait-il dire, de quel rang allait-il se ranger ?

- Allez-y tuer là, personnellement, ça ne me dérange aucunement.

A la réaction des personnes l'entourant, il ne put réprimer un léger sourire.

- Après, la question est de savoir si vous, cela vous dérange. Cela vous dérange-t-il de tuer cette femme ? Parce qu'il est vrai que cela serait perturbant de l'exécuter alors que vous n'en avez aucune envie. Mais la vraie question n'est pas là, avez-vous envie de voir la décadence dans les rues ? Parce que c'est ce qu'il se déroulera si les plans de ce cher Tyler fonctionnent. Il y aura des vols, des meurtres, plus que d'habitudes, des viols. Certaines personnes profiteront de cette décadence, et qui en payera les frais, encore les mêmes. Acceptez-vous vraiment cela ? Si vous tuez cette femme, c'est ce qu'il se passera. Mais allez-y, faites vous plaisir, tuez-là, c'est tellement facile de s'en prendre à des plus faibles que soi.

Après ce discours, certes, moins enivrant que celui vu à la télévision auparavant, Antony prêta toute son attention sur la femme dont le visage était cachée sans bouger la moindre jambes. Il fit attention à ses yeux, à sa voix, à ses paroles et à ses gestes. L'homme essayait d'obtenir des informations sur cette femme, si elle était réellement déterminée ou non. Ainsi, il pourrait utiliser ces informations.
Il utilisait ses méthodes de profiler, avec un peu trop de zèle. Il laissait son vrai lui ressortir un peu plus. Il prenait des risques et cela l'amusait.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité





MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Ven 30 Nov - 5:04

Bien que connaissant les détails du plan, l’ayant élaboré avec Tyler, Matthew restait en retrait et laissait l’anarchiste prendre les opérations en main. L’ancien militaire était un homme de l’ombre, il agissait discrètement et quand personne ne le voyait. Tyler était la partie visible, et lui la logistique derrière l’homme pour l’aider à mettre son plan à exécution. Enfin c’est ainsi qu’il se voyait depuis qu’il était entré dans le Project Mayhem. La première phase était accomplie. La bombe avait explosé, et ils étaient sur toutes les chaînes d’information ainsi que sur internet. Le virus vivait sa vie à présent protégé par deux lignes de défenses : les pare-feu de l’ONU, ainsi que ceux de son cru. Cependant, il serait rapidement craqué par des hackeurs de génie comme ceux présents dans certaines agences gouvernementales. Les ordres furent distribués. Lena était chargés de trouver les agents, et les réunir dans une pièce à part. Il serait chargé de veiller au bon déroulement du reste. Le coup de téléphone marqua le début des hostilités, l’affrontement était lancé à présent. Après le discours de Tyler, il entama sa ronde. Prenant l’ordinateur portable avec lui, Matt brancha une tablette. Cette dernière lui permettrait de garder un œil sur les caméras de sécurité du bâtiment, autant intérieure qu’extérieure. En prévision d’un piratage, l’informaticien avait installé d’autres caméras personnelles pour toujours avoir une longueur d’avance. Cela faisait des semaines que différentes personnes parmi les anarchistes avaient infiltré le bâtiment, et préparé les différents éléments nécessaires au plan.

Arpentant les couloirs, Matthew repensa au regard et à l’attitude de Lena. Cela faisait écho à quelques informations étranges concernant son passé, ou plutôt le manque d’information pour certaines époques, et d’autres trop précises. Peut-être devenait-il parano à cause de cette opération. A chaque homme, il redonnait les directives. Et dès qu’il le pouvait, échappant à la surveillance des caméras et des hommes, Matt partait vérifier les explosifs présents dans le bâtiment pour en régler la télécommande. Sa ronde fut rapidement finie. Par sécurité, les anarchistes avaient clos beaucoup de section de l’ONU, et s’était concentré dans des zones bien précises et facilement défendable. Revenant dans la salle de conférence, il leva la tête vers Tyler et lança.


_ « Aucun signe de mouvement à l’horizon. Ils ont surtout l’air de chercher une stratégie pour le moment. Et le périmètre est bouclée et les préparatifs terminés. »

Cette dernière partie informait Tyler que sa télécommande, et la sienne étaient à présent en mesure de faire exploser les salles de conférence et différents bureaux. Et histoire de semer un peu plus la pagaille, Matthew avait aussi placé quelques explosifs à l’extérieur du périmètre de l’ONU. Ces derniers se déclencheraient en même temps que ceux placés dans les salles de conférence… Ca donnerait une meilleure échappatoire aux anarchistes. Tyler se doutait de cette partie, mais n’avait reçu aucune confirmation de la part de Matt. Il s’était contenté de dire – fais-moi confiance -. Reprenant sa place, l’ancien militaire était comme un agent de sécurité devant les caméras de son lieu de travail. Plus particulièrement, il observait Lena sur la caméra de sécurité de la pièce où étaient rassemblés les espions potentiels.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité





MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Ven 30 Nov - 21:13

Isobel ne savait plus où donner de la tête. Une fois qu'elle eut raccroché avec son supérieur, la jeune femme se retrouva accompagnée de deux agents du SVR. Isobel eut le temps de respirer une dernière fois afin de reprendre son souffle. Tout risquait de s’accélérer très rapidement dans les minutes qui suivront. Ce que craignait Isobel arriva. Elle était sollicitée de tous les côtés. Le directeur du NYPD. Le policier ne voulait pas transformer cette mission en carnage général, et précisa que si le FBI jouait les Robins des Bois, les NYPD ne les suivrait pas. La jeune femme s'empressa de préciser :

Je n'ai pour l'instant absolument pas cette idée en tête. Je souhaite juste avoir les forces nécessaires prêtes à intervenir au moment opportun. J'aurais besoin de votre appui sur cette affaire, et de vos hommes. Je compte sur vous. Je dois vous laisser, excusez-moi.

L'Américaine se retourna et sur le coup, elle ne réalisa pas. Elle se tenait face aux deux agents du SVR, un homme et une femme. Une brune qu'elle connaissait bien. Elena Sadovski. Enfin visiblement, elle ne la connaissait pas si bien que ça. Et Isobel, de son côté, ne voulait pas non plus lui dire pour son travail. Même si la jeune femme était perturbée de la présence d'Elena, elle ne voulait pas perdre de temps dans cette situation. Elena resta parfaitement calme, tandis qu'elle se présentait :

« Sadovski, SVR. Nous avons des informations sur ce groupe terroriste. Avez-vous une ligne pour les rejoindre ? »

Merci de coopérer. Un peu d'aide sera la bienvenue aujourd'hui. Nous sommes en train d'essay...

Un homme, entouré d'armoires à glace, s'avançait vers le petit groupe d'agents multinationaux. Il se présenta comme le directeur Fenley. La jeune femme fit attention à tout ce qu'il lui expliquait. Elle asquiesça à chacune des propositions, et surtout quand il lui re-précisa de s'appuyer sur les diverses agences. Puis une fois les ordres donnés, le directeur s'éclipsa. Isobel avait une pression de plus, avec le directeur du FBI sur les lieux. La journée n'allait pas être de tout repos ! Et il serait bien mérité ! Mais pour l'instant, il était temps de prendre des décisions. Des agents arrivèrent, escortant une femme. Elle se présenta à Isobel sous le nom de Lea Dugard, puis répondit rapidement à Elena. Une ligne sécurisée qui permettait d'accéder à l'intérieur du bâtiment ? Il fallait en profiter ! Soudain, le téléphone de la jeune femme sonna. Un appel inconnu, mais il semblait que la personne au bout du téléphone était disposée à aider. Rapidement, elle demanda :

Je suis à l'extérieur du bâtiment, à l'ouest de l'entrée, dans le périmètre de sécurité. Je vous attends.

La jeune femme raccrocha tandis que tout le petit groupe se dirigeait vers le groupe d'agents le plus proche. Au loin, on entendant déjà les sirènes qui résonnaient. Heureusement qu'ils arrivaient. Isobel vérifia qu'ils passaient le barrage sans problème, puis elle attrapa le combiné qu'on lui tendait. Au bout de plusieurs tonalités, il y eut quelqu'un au bout du téléphone. Et avant que l'agente ait le temps de dire quoi que ce soit, l'homme au bout du téléphone commença une longue tirade. Isobel demanda à ce qu'on mette en marche l'enregistrement. Ce serait toujours utile d'avoir une copie de l'échange. Ou plutôt du monologue du terroriste. La jeune femme eut juste le temps de placer le nom du FBI quand il le demandait, qu'il renchaînait. Elle le laissa expliquer ce qui se passait dans le bâtiment, et à la fin, il lui demanda quand même son nom, tout en la complimentant sur sa "jolie voix". Elle lui donna. Dans une autre situation, Izzie aurait été flattée, mais là, c'était difficile. Il la laissa ensuite en lui disant qu'il avait un discours à faire. Sur le coup, la jeune femme ne comprit pas. Mais quelques secondes plus tard, la chaîne qui diffusait les infos passa les images d'un terroriste. Isobel reconnut sa voix. Elle l'écouta sortir ces mensonges, tout en serrant la table sur laquelle elle s'appuyait. Elle serra les mâchoires et tenta de se calmer. Une fois ce speech immonde terminé, la jeune femme se tourna vers ses alliés.

Agent Sadovski, que savez vous sur ce groupe terroriste ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Stas M. Sokolov


Messages : 2139
Inscrit le : 22/02/2011




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Dim 2 Déc - 21:57

La situation était tellement horrible que Stas commençait vraiment à détester être là. Il n'avait qu'une envie : faire passer le message du SVR, mais qu'on puisse arrêter les terroristes sans en arriver jusque là, et pouvoir se barrer. Il en avait tout simplement marre. L'agitation ambiante lui donnait la nausée. Mais il ne pouvait pas faire comme si tout cela n'était rien. Des visages les regardaient, de toute façon. Stas se présenta rapidement à la suite d'Elena, se contentant de donner son nom de famille sans rien ajouter. Le directeur du FBI apparut, ce qui ébranla un peu le jeune homme qui aurait préféré ne pas avoir affaire avec ce genre de personnes. Il se rappellerait toujours de lui, il le savait, et ce n'était pas quelque chose dont il avait envie. Aucune envie de s'investir alors qu'il savait parfaitement ce qu'on lui demandait : sacrifier les otages pour coincer les terroristes. Mais bon, c'était son rôle, il devait s'en acquitter, même si cela ne lui plaisait absolument pas. On lui avait donné un ordre, il devait obéir.
Stas assista ensuite au discours de l'homme qui avait orchestré tout cela. Tyler Archer - hélas, c'était bien son groupe. Stas se mordit la lèvre et écouta sans rien dire. Il ne pouvait pas nier qu'il y avait un fond de vérité dans ce qu'il disait : c'était visiblement quelqu'un d'intelligent, une personnalité complexe. C'était aussi un terroriste, et ce simple fait suffisait à lui donner tort. Peut-être y avait-il réellement des problèmes, oui, mais on ne pouvait pas briser un joug en en opposant un autre. Tuer des innocents pour les sauver, c'était quand même injustifié. Stas évita de penser que c'était un peu ce qu'on lui demandait de faire. Il ne l'approuvait pas. Mais comme il était un des moutons, il devait bien le faire. On le forçait à faire ce qu'il le dégoûtait, à considérer des vies comme quantité négligeable, comme le faisait Tyler.
Tout cela lui donnait mal à la tête.
Après le discours, la femme - qui s'appelait donc Isobel - se tourna vers Elena et lui demanda des informations sur le groupe terroriste. Comme il n'était pas concerné par la question, il y vit là une très bonne occasion de se taire et de ne pas collaborer. Il n'avait pas envie de participer ; il le ferait si quelqu'un le lui demandait, mais sinon, son rôle lui pesait tellement qu'il préférait laisser l'initiative à Elena. Certes, c'était lâche, mais il la trouvait plus compétente que lui. Et plus déterminée, également.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Elena Sadovski


Messages : 685
Inscrit le : 16/10/2011




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Lun 3 Déc - 1:29

Les choses se déroulaient rapidement, trop rapidement. Alors que je venais de me présenter à la jeune agente, je réalisai que je l'avais déjà rencontré dans ma galerie d'art, à Moscou. Ce n'était toutefois pas le temps de socialiser et de lui demander si l'oeuvre que je lui avais vendue était accrochée dans son appartement. Nous étions en pleine situation de crise et il fallait agir.
Le directeur du FBI arriva sur place et donna ses ordres à Isobel. Malheureusement, il n'avait pas les mêmes priorités que le SVR... Je voyais très mal comment il pourrait sortir les otages sans s'en prendre premièrement à Archer. C'était à la tête qu'il fallait s'attaquer en premier, mais ils n'avaient pas l'air de voir la situation ainsi. Il faudrait donc agir plus discrètement et ne pas jeter de l'huile sur le feu entre les deux nations. J'allais devoir trouver un moyen de faire croire aux Américains que de s'en prendre au terroriste en premier était leur idée, et non celle des Russes... Alors que je demandai une ligne téléphonique à Matthews, une dame un peu plus âgée que moi se présenta à l'agent avant de se tourner vers moi. Il y avait une ligne à l'intérieur du bâtiment, c'était parfait. Il fallait discuter avec Archer, connaître exactement son plan. Évidemment, il était intelligent, il ne fallait pas s'attendre à affronter n'importe qui. L'agent Matthews disparu quelques secondes puis revint avec un téléphone à l'oreille et j'écoutai la discussion avec les techniciens qui enregistraient l'appel. Bon, ils n'avaient tués personne jusqu'à maintenant. Mais ils s'en étaient pris au système informatique et contrôlaient toutes les caméras. Impossible donc d'entrer dans le siège de l'ONU sans être repéré, à moins de trouver un meilleur informaticien que celui d'Archer. L'homme dit ensuite tout ce qu'il voulait avoir et je ne put m'empêcher de rouler les yeux à ses demandes. Pensait-il réellement que le secrétaire de l'ONU allait, premièrement, faire un discours public en approuvant les demandes du terroriste ? Et deuxièmement qu'il allait lui donner la clé qui ouvrait le coffre avec toutes les archives ? Cet homme rêvait réellement en couleur ! Il raccrocha et alors que j'allais rejoindre l'agent, le téléviseur s'alluma et on vit apparaître l'homme. Nous avions réussi à démanteler son attaque contre Poutine, pourquoi ne réussirions-nous pas cette fois-ci ? Il suffisait que les Américains se rallient de notre côté.
Le blondinet venait de disparaître de l'écran et Isobel se tourna vers moi. Que savions-nous des terroristes. « Ils ont un très gros égo, c'est certain. Tyler Archer est à la base de toute l'organisation. C'est sur lui qu'il faut se concentrer. Ils ont eu le culot de s'attaquer à Poutine il y a quelques semaines, mais leur plan est tombé à l'eau. Nous pouvons éviter plus de dégât en s'en prenant directement à Archer. Essayer de sortir les otages sans qu'il s'en aperçoive est désuet. N'essayez pas non plus de négocier, je ne crois pas que cela puisse marcher. Il faut plutôt le distraire. » Un plan d'action commençait à se former tranquillement dans ma tête. Il nous faudrait toutefois un informaticien assez compétant qui pourrait nous donner accès à l'intérieur du bâtiment sans que les troupes d'Archer s'en rendent compte. Et puis, en lui donnant un coup de téléphone avec la ligne interne, il serait peut-être possible de le pousser à bout, de lui faire perdre les pédales et d'ainsi, lui faire commettre une erreur. Il fallait toutefois être prudent, pour ne pas qu'il s'en prenne aux otages, même si ce n'était pas la priorité. « Vous avez un informaticien compétant qui peut reprendre le contrôle du système sans qu'Archer s'en aperçoive ? » Si ce n'était pas possible, mon plan tombait à l'eau, mais j'étais certaine que le FBI ou la CIA avait quelqu'un qui pouvait se mesurer aux hommes d'Archer...
Je me tournai alors vers Stas qui était plutôt silencieux ces dernières minutes, laissant à l'agent Matthews le soin de trouver quelqu'un répondant à mes critères. Alors qu'elle s'éloignait, je m'adressai à mon confrère. « Si elle réussit à trouver quelqu'un, j'entre à l'intérieur avec de ses hommes et je m'occupe d'Archer. Pendant ce temps-là, tu essais de le contacter avec la ligne et de lui tirer le plus d'info possible. Matthews gérera les otages. » Je ne savais pas du tout si les gens autour allaient apprécier mon ingérence, mais avaient-ils envie que la situation se règle ? Alors que j'étais en discussion avec Stas, Lea Dugard s'approcha, ayant entendu ce que je venais de dire à l'homme. Elle m'informa alors qu'elle pouvait nous trouver des plans de l'édifice et m'indiquerait le plus court chemin à prendre, si j'en avais besoin. Je la remerciai gentiment avant de me tourner vers Isobel qui revenait.

_________________
elena

étonnant comme parfois on prend des résolutions , on dit que tout sera ainsi dorénavant, et il suffit d'un mouvement infime des lèvres pour casser l'assurance d'une certitude qui paraissait éternelle © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas

avatar

L'Ombre


Messages : 71
Inscrit le : 29/06/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Jeu 6 Déc - 15:10

Les terroristes avaient atteint, déjà, certains de leurs objectifs. Le fameux discours que Tyler voulait faire avait eu lieu. Maintenant, la suite ne sera sans doute qu'une démonstration de sa force. À l'intérieur, les terroristes étaient quand même fiers. C'est avant-tout à eux que le message s'adressait. Maintenant, il leur restait encore à s'en sortir en vie et libre, pouvant continuer leurs œuvres et c'était encore loin d'être joué, les forces autour d'eux devaient préparé la contre-attaque. Tyler, qui avait contacté l'agente du FBI, ne s'est pas vraiment arrangé pour que des négociations soient possibles, mais bientôt, les forces de l'ordre découvriront sans doute que le leader anarchiste est décidé à obtenir ce qu'il veut.

La tour de verre était toujours en proie aux flammes à l'extérieur, mais au moins, les ambulances sont arrivées sur place pour évacuer les blessés et les pompiers sont à un nombre minimum pour contrôler l'incendie et non nécessairement l'éteindre. Il y a peut-être des gens pris au piège dans le palais de verre, mais si le commissaire de police a accepté de laisser passer des gens, il veut un nombre minimum de personne sur le site de l'ONU. Il craint toujours l'idée d'une deuxième vague de bombes et ne veut pas revivre un scénario digne du 11 septembre. Le directeur du FBI se tenait tranquille, dans son coin et attendait la suite des opérations. Pour le moment, il se chargeait surtout de diriger le côté communication, afin que l'agente Matthews n'ait qu'a se soucier de ce qui se passe sur le terrain, ce qui était déjà bien assez. Les deux agents du SVR collaboraient chacun à leur manière. Si Stas restait silencieux, mais sur place, il ne prenait pas la poudre d'escampette, ce qui était déjà ça, Elena quant à elle faisait ce qu'on attendait d'elle et répondait aux questions de l'agente Matthews. Le hasard a bien voulu faire en sorte que ces deux-là se connaissent déjà. À un moment donné, le téléphone d'Elena sonne. À l'autre bout du fil, c'était un de ces supérieurs, on a toujours un patron après tout. Il avait une petite information à lui donner. Il s'adressait à elle en russe, évidemment.


-Elena... J'ai reçu une information qui pourrait t'intéresser. Il se trouve qu'une agente du SVR a infiltré ce groupe d'anarchiste. C'est grâce à elle qu'on a été prévenu pour Poutine. Nous n'en sommes pas certain, mais elle est probablement dans l'édifice en ce moment. Je t'envoies son numéro en ce moment même...

Information plus ou moins utile, peut-être que cela venait juste compliquer les choses. Puis, c'est le directeur du FBI qui revient vers tout le monde, son téléphone en main, il s'adresse surtout à son agente, bien sûr.

«J'ai une bonne nouvelle! J'ai la confirmation de la maison blanche, on va pouvoir faire en sorte de couper toute l'électricité, toute formes de moyens de communication et ça inclut l'usage d'ordinateur, dans le secteur de l'ONU. Tout ce qu'ils attendent, c'est que vous nous donniez le signal».


Téléphones cellulaires, ordinateurs, caméra de sécurité tout sera hors de fonction. Le seul moyen de communiquer sera avec de vieux walkies talkies, les trucs noirs avec des antennes. Bien sûr, cet empêchement ne fera pas de distinction entre ondes "terroristes" et ondes gentilles, tout le monde sera affecté et peu probable que cette action rendra de bonne humeur les terroristes. À utiliser au bon moment donc.

Dans la salle des otages, il y avait de l'action aussi. Si l'homme qui voulait sortir, pris de peur tout d'un coup, finit par se rasseoir avec un air résigné, les problèmes commencent avec cette femme aux cheveux blonds qui veut ordonner à certaines personnes de changer de pièces. Pourquoi? On ne sait trop, mais chose certaine, elle est décidée et met même un peu plus de pression en pointant avec son arme, une de ces otages, mais apparemment, cela n'impressionne guère une d'entre elle, qui se met à parler et même, à défier apparemment la terroriste. Les deux hommes avec elle échangèrent alors un regard. Un mot et ils allaient descendre ce monsieur sans la moindre hésitation. Les terroristes n'aiment pas trop les gens bavards en général... C'était Lena la patronne par contre, c'est à elle de décider. Chose certaine, elle doit savoir que plus elle perd de temps avec les otages, moins elle en a pour faire... autre chose.

HJ: Le tour de Wesley est sauté, première mise en garde sur 3. Si vous avez des questions, des hésitations avant de poster, savoir si vous pouvez faire telle ou telle action, n'hésitez pas à me les poser (Tyler - Nasser). Comme vous pouvez voir, je vous laisse une certaine marge de manœuvre malgré tout. Sur ce, l'aventure se poursuit x)

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Tyler Archer


Messages : 177
Inscrit le : 18/08/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Jeu 6 Déc - 15:22

L'agente à l'autre bout du fil, du FBI sans doute, mais ça pouvait tout aussi bien être la police, était calme, trop zen à son goût même et n'avait pas vraiment rien dit, elle l'avait juste écouté et s'était présenté quand il l'avait demandé. Matthews, du FBI donc. Il retient l'ironie qui voudrait qu'elle est pratiquement le même nom de famille que le prénom de son bras droit. Lena était partie s'occuper des otages et lui, il avait fait son petit discours. Pour Tyler, le principal but de cette opération était atteint. Le Palais de Verre était, pour ainsi dire, cassé, brisé, l'ONU était atteinte en plein cœur. Son discours terminé, il demande avec un sourire en coin comment c'était et cette fois, il va au centre de sécurité, vous savez, la pièce avec les accès aux intercoms et d'où on peut voir tout ce que les caméras de sécurité voit? C'est là-bas que le chef terroriste était maintenant, histoire de tout voir ce qui se passe. Il communiquerait à distance avec son monde. D'ailleurs, il voit que Lena semble avoir quelques soucis. Plutôt que de la contacter elle, il fait appel à son chien de garde.

-Zoulou, ici Alpha... oh et puis merde, pas de code, ça sonne trop... Tu peux aller voir ce qui se passe du côté des otages? Lena a l'air d'avoir quelques problèmes avec le bétail. C'est simple pourtant, il faut juste les transférer d'enclos...

C'est ce qui arrive quand on envoie une femme faire un travail d'homme. Après quoi, il se lève et va ouvrir une des trappes d'aération, situé en hauteur. À l'intérieur, il y trouve un petit paquet, qu'il ouvre, avec un sourire en coin, satisfait de son contenu. Il verrouille la porte de la pièce et se change, pour revêtir l'uniforme d'un gentil policier. D'ailleurs, il lui va comme un gant! On jurerait un bleu du NYPD. Après quoi, il va déverrouiller sa porte et dit bien au deux terroristes dans le couloir de le prévenir si ya quoique ce soit d'anormal. Après quoi, il retourne sur sa chaise et pose sa casquette sur le comptoir. Tyler jette alors un petit coup d’œil vers le téléphone. Cela fait un moment maintenant qu'il n'a pas sonné. C'est embêtant... s'il ne sonne pas bientôt, il va s'impatienter et quand Tyler s'impatiente...


_________________
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lena I. Petrovski
We are the masters of the world
We are powerful and gorgeous


Messages : 666
Inscrit le : 09/05/2012




More information
Compétences:

MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Lun 10 Déc - 11:34

La mission de Lena ne se passait pas vraiment comme elle l’avait prévu. Non seulement elle détestait la position dans laquelle elle se trouvait mais, en plus, un homme était maintenant entrain de lui tenir tête devant ses deux gorilles. Dans un sens, il avait raison : elle n’avait aucune envie de tirer sur Grace. Non pas qu’elle avait peur d’utiliser son arme puisqu’elle l’avait déjà fait à de nombreuses reprises mais disons seulement qu’elle n’était pas du genre à tuer des innocents. Mais voilà, elle n’avait aucune envie d’avouer sa « faiblesse » puisqu’elle aurait signé son arrêt de mort par la même occasion. Une seule solution : rester dans son rôle jusqu’à nouvel ordre, jusqu’à avoir une porte de sortie ou une réelle idée de plan.

En un clin d’œil, Lena s’aperçut qu’un de ses gorilles venait juste de poser sa main sur son arme. Il allait tuer Anthony sans aucun état d’âme, elle devait donc agir très rapidement. Se sachant observée, elle fit ce que toute bonne terroriste digne de ce nom se devait de faire et lava l’affront commis. Aussi vite que l’éclair, elle dégaina son arme et lui tira dans la cuisse. « Maintenant que tu sais que je ne plaisante pas, je te conseille de te taire. A chaque mot que tu prononceras j’te tirerai une balle dans le corps » Elle espérait l’avoir assez impressionné pour qu’il la ferme parce que, sinon, elle se devrait d’appliquer sa menace et elle n’en avait aucune envie. Elle le regarda donc quelques secondes dans les yeux pour lui demander de se taire et, ensuite, se retourna vers ses gardes du corps et s’adressa à eux en russe. « Emmenez le bon samaritain dans la pièce » La blonde finit enfin par s’adresser aux trois autres otages – dont le militaire – et, d’un geste, les invita à la suivre.
Ils étaient maintenant tous dans la même pièce.

Peu encline à rester parmi eux, elle décida de sortir quelques instants. Là, elle croisa un des hommes de Tyler. « Il parait que tu as des problèmes avec les otages » « Non, la situation est sous contrôle, ils sont tous dans la pièce. J’attends les prochaines instructions » Elle détestait peut-être ce qu’elle était entrain de faire mais elle avait la qualité de toujours faire correctement son travail. Elle n’avait jamais eu besoin d’aide et ce n’était certainement pas maintenant que cela allait arriver. Ou peut-être que si, si elle tenait à aider les « gentils ». Elle n’y arriverait pas seule. Elle jeta un coup d’œil à travers la fenêtre de la porte. Qui sait ? Peut-être qu’un tas d’agents expérimentés trouveraient la solution à son problème ? D’où l’idée de les laisser seuls quelques secondes histoire qu’ils puissent communiquer. Une fois que ce fut fait, elle renvoya ses gardes du corps à l’intérieur, il fallait quand même que cela reste crédible.

Spoiler:
 

_________________

❝YOU ARE NEVER WHAT YOU SEEM❞
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Grace Stevens


Messages : 527
Inscrit le : 27/08/2012




MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   Mer 12 Déc - 19:25

Si Grace avait une arme pointée sur elle, ce qui l'inquiétait le plus, c'était l'attitude de deux des trois hommes, qui semblaient pas mal se ficher qu'elle se prenne une balle. Si elle avait dû s'adresser à une terroriste comme la Russe qui la retenait, en fait, non, dans la mesure du possible, la détective aurait évité de discuter (ou même d'approuver) n'importe quel ordre donné par une personne armée. Elle se serait juste exécutée, rapidement et en silence. Eux voulaient visiblement bavarder, au risque de saper l'autorité de la demoiselle, ce qui ne laissait augurer rien de bon. Le cœur de l'Américaine manqua un battement quand elle entendit un de ces deux-là répliquer à la terroriste qu'elle pouvait la tuer, qu'il s'en fichait pas mal. Elle se raidit, redoutant le coup de feu qui devrait suivre mais on laissa l'homme poursuivre et, apparemment, il savourait l'effet qu'il causait autour de lui. Grace appréhendait bien trop la suite pour pouvoir se concentrer sur ses mots et, déjà, elle remarqua un des deux gorilles porter la main à son arme. Tout se passa alors très vite et, bien entendu, un coup de feu partit, la faisant sursauter. La balle ne lui fut toutefois pas destinée et vint se ficher dans la cuisse de l'homme - elle réalisa alors qu'elle l'avait tellement haï pour la phrase qu'il avait prononcée peu avant qu'elle se fichait pas mal de le savoir blessé. D'autant plus que cela signifiait que, s'ils obéissaient tous, elle ne le serait pas. La femme les mena alors dans une autre pièce et, tout en marchant, la détective put observer que des sortes de boîtiers noirs se trouvaient sur les portes où étaient rassemblés les otages. Si elle en croyait son expérience cinématographique, il s'agissait certainement de bombes et cela expliquait tout à fait pourquoi personne ne les surveillait à l'intérieur des pièces. La Russe ouvrit une porte, les parqua à l'intérieur avec d'autres personnes et, l'homme blessé fut balancé par les deux gorilles. Peu encline à la conversation et désirant encore moins aider l'imbécile trop bavard, Grace partit s'asseoir dans un coin de la pièce. Faute de pouvoir faire autre chose, elle commença alors à observer les lieux, les silhouettes qui l'entouraient pour tenter de comprendre pourquoi on les avait réunis, eux, ici. Est-ce qu'on les sacrifierait plus facilement que les autres ou, au contraire, est-ce qu'on chercherait à les garder en vie le plus longtemps possible contre, par exemple, une rançon ou une voie de sortie ? Difficile de choisir, comme ça, surtout qu'elle espérait de tout son être que ce soit la deuxième solution qui l'emporte.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: intrigue #5 : le siège de l'ONU   

Revenir en haut Aller en bas
 

intrigue #5 : le siège de l'ONU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Siège de Constantinople 1453
» [Deck - Joute] Le Siège de Port-Real - Siège de Winterfell
» [Question] Agenda - Siège de Winterfell (résolu)
» Agenda siège de winterfell : bataille du bois aux murmures / retraite feinte
» Déroulement d'un siège
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: A la fin :: Archives :: new york :: Le siège de l'ONU-